Evacuation - mohamed_hassan / Pixabay

Plan d’évacuation incendie/ERP : un modèle à suivre en termes de survivalisme familial

En France et dans nombre de pays, les établissements recevant du public (dénommés ERP) sont tenus de mettre en place des protocoles spécifiques d’urgence. Parmi ceux-ci, citons le plan d’évacuation incendie, le plan d’intervention et les consignes de sécurité incendie. Nous détaillerons ci-après la philosophie et le rôle de ces dispositifs. Pour les ERP souhaitant créer leur plan d’évacuation, il s’agit ici d’un résumé non-exhaustif des normes en vigueur. Nous vous conseillons de vous tourner après cette brève lecture vers des sites spécialisés. Ces derniers, mis à jour par des professionnels, vous indiquerons la marche à suivre, les exigences des normes incendies ainsi que des exemples de plan d’évacuation.

Ce présent site s’intéressant à la prévoyance familiale et au « survivalisme au quotidien », nous analyserons les obligations en matière de plan d’évacuation obligatoire au travers de ce prisme. La méthodologie peut être source d’enseignements certains en matière de plan d’évacuation survivaliste applicable à toute famille, clan ou structure…. Et ce pour tout type de risques, sans nous limiter exclusivement aux incendies.

Plan - RAEng_Publications / Pixabay
Prêt à réaliser votre plan d’évacuation? – RAEng_Publications / Pixabay

Le plan d’évacuation incendie

Les établissements recevant du public ont en France (et dans bien d’autres pays), l’obligation d’établir un plan d’évacuation, notamment contre les incendies. Ces plans et ces consignes s’imposent à diverses structures, publiques ou privées. On parle ainsi de plan d’évacuation scolaire pour les écoles, de plan d’évacuation hospitalière pour les établissements de santé…

Rappelons qu’un ERP est un bâtiment dans lequel des personnes extérieures à l’organisation peuvent entrer. C’est le cas des commerces, des bars/restaurants, des écoles, des hôpitaux, des salles de spectacles, des logements collectifs, etc

Au-delà du plan d’évacuation, il est également bien souvent question de plans d’intervention, et de consignes de sécurité incendie à afficher et surtout, à faire connaître de tous.

Nous allons ici dépeindre succinctement ces obligations. Pour en savoir plus, il est recommandé de vous reporter aux sites de pros, comme Protect France incendie.

Qu’est-ce que le plan d’évacuation d’ERP ?

Le plan de secours et d’évacuation constitue en premier lieu un panneau intelligible pour tous, représentant le bâtiment concerné. Il s’agit effectivement d’un schéma représentant chaque étage et chacune des pièces qui la compose. On y trouve les entrées/sorties, les sorties de secours, les escaliers, l’emplacement des extincteurs et des autres dispositifs contre les incendies… Bien sûr, ce plan doit être visible de tous et accroché à un endroit stratégique, ce afin de faciliter l’évacuation. Il peut donc s’agir des entrées principales, des cages d’escaliers des salles de pause et de réunions, à proximité des portes…

Les normes en vigueur rappellent par ailleurs le format standard de ce panneau (A3 minimum ou A4 s’il s’agit de chambre individuelle). Il doit être fixé à 1,5m de hauteur afin d’être à portée de vue de tous et doit être dessiné au minimum à l’échelle 1/250ème. La norme française NFX 08-070 définit également les symboles à utiliser, les couleurs, les illustrations… La matière composant les écriteaux n’est pas en reste. Celle-ci doit lui permettre de résister aux UV, à l’humidité, ainsi qu’un maximum au feu. Dans cette logique de fonctionnement en continu et de durabilité, les écriteaux lumineux indiquant les sorties de secours se doivent également d’être alimentés en électricité de manière indépendante. Au mieux, les affichages sont placés près de ces bornes afin de toujours bénéficier de lumière, même en cas de coupure générale d’électricité.

Le but de cette norme, ainsi que des autres normes en la matière, est bien sûr d’harmoniser les plans et les consignes d’évacuation. L’objectif est que toutes les consignes soient compréhensibles, que chacun puisse évacuer, dans un temps bref et de manière ordonnée pour éviter les suraccident et les phénomènes de foule.

A cet égard, notons que ce plan doit mener à un point de rassemblement prévu au préalable. Ce point de rassemblement se doit d’être un lieu ouvert, et non une cour fermée. Effectivement, il ne s’agit pas de surenchérir sur le risque en cas de propagation de l’incendie.

Panneau issue de secours - sharpdesign94 / Pixabay
Panneau lumineux obligatoire annonçant les sorties de secours à intégrer dans le plan d’évacuation incendie – sharpdesign94 / Pixabay

Comment créer son plan d’évacuation d’incendie ?

Afin de constituer son plan d’évacuation incendie pour le bureau ou pour une entreprise, il existe des logiciels spécialisés. Nous trouvons également sur le marché des prestataires pouvant délivrer des conseils ou pouvant imprimer le plan d’évacuation sur un support aux normes.

Il convient en premier lieu d’esquisser les différents bureaux et leurs aménagements, les couloirs, les fenêtres, les escaliers, les voies à ne pas prendre, sans oublier les équipements d’extinction d’incendie. Les logiciels spécialisés disposent de symboles et de flèches répondant aux normes en vigueur. Ces symboles sont à ajouter sur le plan.

Ce plan des locaux, dessiné étage par étage dans le respect des proportions, doit également montrer de manière intelligible, entre autres :

  • Point « vous êtes ici » afin que toute personne puisse se repérer facilement sur le plan d’évacuation. Ajoutons que le sens de lecture doit correspondre à l’orientation du lecteur.
  • Sens de l’ouverture des portes
  • Point de rassemblement où chacun est mis en sûreté
  • Positionnement des issues de secours et fléchages de couleur verte.
  • Organes de sécurité : trappes de désenfumage, extincteurs, portes coupe-feu, robinets, boutons « coup de poing » d’arrêt de l’alimentation électrique…
  • Date de conception du plan d’évacuation
  • Etc
Evacuation - mohamed_hassan / Pixabay
Sortie de secours – mohamed_hassan / Pixabay

Le plan d’intervention

Les ERP doivent en outre mettre en place un plan d’intervention à l’adresse des équipes de secours. Ce plan est plus étoffé que le plan d’évacuation. Il contient ainsi plus de renseignements sur les lieux et ses contraintes, ainsi que toutes les points clés susceptibles de faciliter l’intervention. Il peut s’agir (liste non exhaustive) :

  • Degré d’isolement des portes et murs coupe-feu ainsi que leur emplacement
  • Les fenêtres et portes pouvant s’ouvrir de l’extérieur
  • Emplacement des organes de sécurité et le type d’organes
  • Zone de stockage de produits dangereux

Le plan d’intervention se présente principalement sous la forme d’un affichage. Selon la taille de l’établissement et ses risques inhérents, certaines informations peuvent au préalable être communiquées aux pompiers.

Les consignes de sécurité incendie connues de tous

Les entreprises de plus de 50 salariés (et les structures stockant des produits inflammables ou explosifs) ont en outre l’obligation d’afficher des consignes de sécurité incendie et de mettre en place un protocole adapté. Ces consignes se doivent bien entendu d’être connues de tous.

Les consignes présentent certaines informations (liste non exhaustive) :

  • Coordonnées téléphoniques des services de secours
  • Personnes chargées d’appeler les secours en priorité, et mention qu’à défaut, quiconque a le devoir d’alerter s’il aperçoit un début d’incendie.
  • Emplacement des extincteurs et des organes de sécurité incendie
  • Les moyens à disposition pour lancer l’alerte

 

En résumé

Les ERP, en raison de leur nature, présentent certains risques, notamment s’agissant des incendies. En effet, nous pouvons y trouver du personnel, plus ou moins au fait de l’intervention incendie et des bonnes pratiques en cas d’évacuation, mais également des personnes externes. Ces personnes peuvent être des élèves, des visiteurs, des clients, des usagers… Inutile de préciser que ce dernier type de public ne participe pas aux réunions sécurité, peuvent présenter des handicaps ou une culture nulle en termes de secours incendies. Les risques sont donc à leur maximum, d’autant plus que les bâtiments peuvent présenter une certaine taille, des individus isolés… Autant de paramètres qu’il faut prendre en compte lors d’une évacuation.

Ainsi, les détecteurs, l’alarme incendie, l’alerte des secours et le plan d’évacuation font figures des premiers maillons de la chaîne de secours. Cela sauve assurément des vies ! Effectivement, le plan d’évacuation permet une réaction collective rapide avec un minimum d’encombre

 

Pour voir plus loin : les protocoles incendie, un modèle à suivre pour la constitution d’un plan familial et survivaliste

Les personnes et familles prévoyantes, et plus généralement, les « survivalistes », suivent particulièrement les mesures gouvernementales préconisant d’avoir chez soi un sac d’évacuation permettant de quitter le domicile 72h. Néanmoins, peu mettent en place un plan d’évacuation permettant de quitter le domicile sans encombre.

En ce sens, il nous semble intéressant de suivre la philosophie des plans d’évacuation incendie concernant les ERP et les consignes incendies associées. Ces derniers répondent aux questions essentielles : Où, vers où (point de ralliement), qui (alerte, intervient…), quand (dès que survient un début d’incendie), comment (les moyens), pourquoi… Ces plans et dispositifs tendent par ailleurs à réduire le nombre d’impondérables à zéro tout en exigeant des entrainements réguliers.

Ainsi, il semble pertinent de composer un plan d’évacuation familial intégrant notamment ces éléments.

Réflexion autour du plan d’évacuation survivaliste

Pour faciliter l’évacuation en cas de risque avéré exigeant de quitter rapidement le domicile, un plan d’évacuation constitue un outil fortement utile. Ce plan doit constituer la partie visible d’une réflexion plus globale intégrant un protocole, au mieux élaboré par l’ensemble de la famille. Cela permet de bien distribuer les rôles, de ne rien oublier et d’évacuer dans le calme. Avez-vous suivi une intervention de pompiers ? Tout se passe dans un quasi silence. Chaque pompier garde la tête froide et sait ce qu’il a à faire seul ou en équipe… Un modèle à suivre !

pompier alerte - 24488032 / Pixabay
Dès l’alerte donnée, les pompiers sont prêts. Une organisation militaire! – 24488032 / Pixabay

Voici quelques points à intégrer dans le plan d’évacuation familial :

Les préalables

S’équiper d’organes de sécurité et entretien de ces équipements. C’est le cas des détecteurs de fumée, des détecteurs de monoxyde de carbone, des extincteurs à la maison…

  • S’équiper d’un coffre fort ignifugé.
  • Etablir une liste des risques potentiels, par degré de probabilité  et de gravité : Incendie maison, incendie de forêt, inondation, catastrophe nucléaire, pandémie…
  • Créer des sacs d’évacuation, des kits de décentralisation à placer dans les points de chute (contenant argent, double des papiers, médicaments…).
  • Adapter les sacs d’évacuation selon le risque, le type d’évacuation et le moyen de locomotion.
  • Créer un EDV ou kit voiture adapté à l’évacuation. Cet EDV est utile si l’on a évacué sans pouvoir prendre son sac d’évacuation.
  • Posséder un EDC suffisamment polyvalent pour faire face à la crise.
Extincteur - GulArt / Pixabay
Le plan d’évacuation et de secours de chaque maison doit comprendre des équipements de lutte contre l’incendie – GulArt / Pixabay

Les questions à se poser

En famille, lors de l’élaboration du plan, il convient de ne rien laisser au hasard. Les questionnements porteront notamment sur les sujets suivants :

  • Quand faut-il évacuer ? Est-ce une bonne idée ?
  • Où les stocker ?
  • Les sorties de secours
  • En cas de réalisation du risque, qui fait quoi dans la maison (sortir les sacs d’évacuation, s’occuper des enfants, des animaux, sécuriser la maison en la verrouillant, en coupant le gaz et l’eau…).
  • Comment évacuer si la famille est séparée au moment de l’évacuation ? Quels moyens de communication ?
  • Les points de rassemblement.
  • Quid du voisinage à intégrer dans le plan, est-il préparé ? Faudra-t-il l’aider ?
  • Quel moyen de locomotion pour évacuer ? Est-il prêt à partir ?
  • Les points de chute proches (suffisamment loin du danger) et éloignés (mieux vaut en avoir plusieurs selon les scénarii).
  • Cartographie du parcours, au niveau local, régional, national. Il est même possible d’éffectuer un plan avec les points d’eau, les quartiers à éviter, les raccourcis, les jardins partagés et les fruitiers pour se nourrir en cours de route…

Et vus, avez-vous réalisé votre plan d’évacuation?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.