EDC - Arif Sulistio - FLICKR

Constituer son EDC – Every Day Carry – Objets, équipements/matériels et philosophie

Dans le milieu dit « survivaliste », l’EDC est un vaste sujet ! Chacun ne manque pas de le présenter sur les réseaux sociaux, notamment sous format vidéo sur Youtube. Mais EDC, ça veut dire quoi ? Il s’agit d’un acronyme anglo-saxon signifiant « Everyday Carry » ou « Every-Day Carry » que l’on peut traduire littéralement par « ce que l’on porte tous les jours ». En gros, il s’agit d’une liste, d’un ensemble d’objets que l’on a en permanence sur soi afin de pallier aux besoins divers de la vie quotidienne. (Voir ici la définition de l’EDC fournie par Wikipédia)

En y réfléchissant, tout le monde dispose d’un EDC sans même le savoir. Il ne s’agit donc pas de l’apanage du survivaliste. Par contre, L’EDC constitue un sujet de prédilection pour ce dernier. Les survivalistes l’étudient quasi sans cesse, l’optimisent, le révisent… Le but ? Détenir l’EDC parfait, qui se doit en principe d’être le plus polyvalent, léger et compact possible. Il accorde le meilleurs rapport poids /encombrement/utilité et permet, dans le meilleur des cas, de ne plus avoir à se dire « Ah, c’est bête, j’aurai dû avoir cet objet sur moi, pour moi même ou pour dépanner mon entourage et ma famille ! »

Qu’est-ce qu’un EDC ? Existe-il un Every Day Carry parfait ?

L’EDC est propre à chaque individu. Il dépend de son quotidien personnel et professionnel et de son environnement. Ainsi, scoop : il n’existe pas d’EDC type. Une personne habitant à la campagne n’aura pas le même EDC qu’un citadin. Une personne travaillant dans un bureau n’aura pas le même EDC qu’un garde forestier. Une autre, habituée à revenir tous les soirs chez lui n’aura pas le même EDC qu’un routier jour et nuit sur les routes. Une maman ou un papa n’aura pas le même EDC qu’un(e) célibataire… Etc, etc…

Certains éléments sont toutefois redondants dans nombre d’EDC . Nous retrouvons parmi les basiques de quoi :

  • Intervenir en situation d’urgence – Kit de premier secours, trauma kit ou kit « bobologique » ;
  • Payer, décliner son identité – Kit administratif ;
  • Couper, bricoler ;
  • Communiquer, aller sur Internet : un smartphone et de quoi le charger ;
  • Éventuellement manger, grignoter, s’hydrater… ;
  • Assurer une hygiène quotidienne minimale.

Nous verrons un peu plus bas un listing des objets et autres items que l’on retrouve dans la majorité des EDC. A vous de vous en inspirer afin de constituer un EDC sur-mesure, capable de pallier à toute éventualité « probable » du quotidien.

En effet, au risque d’enfoncer des portes ouvertes, il ne s’agit donc pas de copier l’EDC d’un autre. Le risque est évident : posséder un EDC inadapté, trop complet, trop lourd, inutilisé et abandonné au bout de deux semaines… Le must demeure un EDC aussi minimaliste que possible, car pratique.

EDC – Guy Sie – www.flickr.comphotosguysie

Ce qu’un EDC n’est pas

Un EDC n’est pas un kit de survie capable de subvenir à vos besoins pendant plusieurs jours. Pour cela, il y a le BOB (Bug out Bag) ou sac/kit d’évacuation. Ce dernier, que l’on emporte pour fuir la maison en cas de danger, permet en effet de s’abriter, de s’hydrater, de se nourrir et de pallier à ses besoins au moins 3 jours.

Un EDC n’est pas une collection non plus. Nombre de survivalistes présentent en effet une véritable passion pour les Every Day Carry, qui s’apparentent in fine à de véritables collections d’items en tout genre (parfois redondants). Nous y trouvons plusieurs couteaux, des ustensiles de marque, des objets en titane alors qu’il existe des objets dix fois moins coûteux pouvant faire l’affaire… En effet, certaines compagnies ont bien compris que la recherche de l’EDC parfait créait un marché juteux !

Il ne s’agit donc pas de tomber dans la collectionnite aiguë propre au mouvement dit « tacticool ». Vous ne saurez que faire avec un EDC urbain comprenant un couteau de poche, un couteau fixe, une mini caisse à outils, une boussole, des ustensiles « tactiques »… si votre seule sortie quotidienne consiste à chercher le pain !

Après, si ce « paquetage » relève d’une passion assumée, pourquoi pas !

Un EDC étant une liste d’objets portés quotidiennement, il ne faut pas non plus le confondre avec les outils et items emportés en certaines occasions. Nombre de survivalistes présentent divers EDC, comme étant des EDC urbain, des EDC pro, des EDC outdoor, des EDC voyage, des EDC buschcraft, des EDC de survie (mini trousse de survie)…

Nous préférons ici, afin de minimiser les redondances, présenter un EDC minimaliste (qui tiennent dans la poche » et un EDC plus complet (qui tient dans une sacoche ou un sac) auquel on ajoute des kits périphériques ou satellites venant le compléter selon les besoins du jour (rando, voyage, intervention professionnelle). Nous utiliserons toutefois l’appellation « EDC » afin de désigner ces kits pour plus de compréhension.

My EDC – Beatie – Flickr

EDC : le contenant – poche, sac, sacoche

Le premier contenant de l’EDC de chacun sera les poches du pantalon ou du manteau. Pour un EDC minimaliste (clefs, portefeuilles, smartphone…), les poches suffisent en effet.

Ensuite, pour les EDC plus fournis ou pour les kits satellites, une petite trousse bien agencée, que l’on sait compléter, peut se glisser dans une poche ou dans un sac. C’est le cas des trousses ou pochettes de la marque Maxpedition, par exemple. Très bien réalisées, ces trousses multicompartiments, très résistantes, sont parfaites pour ces usages (trousses EDC organizers disponibles sous différentes tailles : micro, pocket, beefy, fatty…).

Certains auront besoin d’un contenant plus conséquent selon leur métier, leur quotidien, leur environnement, leurs besoins. C’est typiquement le cas pour un routier devant passer quelques jours sur les routes, ou même la personne urbaine devant transporter son ordinateur portable.

Dans ce cas, on apprécie une bonne sacoche ou un sac à dos pratique bien ordonné, ni trop grand, ni trop petit. Le sac peut être monobretelle, à deux bretelles, que l’on peut porter à l’épaule ou sur le dos… Le principal demeure notre confort personnel et notre capacité si besoin à nous servir de nos deux mains.

Pour un bon EDC, on priorise généralement les contenants esthétiques et pratiques (comportant plusieurs compartiments afin de l’organiser et d’accéder rapidement au matériel en cas de besoin). On s’attardera également sur la solidité de la sacoche, de la pochette ou du sac.

Enfin, même si les milieux survivalistes adorent les teintes camo, militaires, Tan, kaki… Il demeure préférable de demeurer low profil avec un sac le plus discret possible, afin de ne pas afficher aux yeux du monde le fait que l’on soit survivaliste et que l’on se trimbale avec énormément de matos !

Liste des objets les plus courants dans les EDC

Voici une liste non exhaustive dont vous pouvez vous inspirer selon vos besoins quotidiens afin de constituer un Every Day Carry.

L’EDC commun, minimaliste, qui tient dans la poche

  • Un téléphone mobile/smartphone : il sert à écrire, appeler, rechercher des infos sur internet, faire des photos, nous orienter (GPS), acheter un billet de train… Bref, le smartphone est devenu un indispensable pour tout un chacun dans notre monde moderne. Le survivaliste n’oubliera pas, par ailleurs, à doter son smartphone d’une pochette antichocs, voire étanche. Le téléphone se doit d’être au maximum sécurisé. Il comporte en effet les listes de contacts, nos données personnelles, nos photos, nos accès… A noter qu’il est utile de nommer des personnes de confiance dans son répertoire avec le sigle ICE (in case of emergency) ou ECU (en cas d’urgence) afin que les pompiers ou autres services de secours puissent rapidement les contacter en cas de problème.
  • Une montre : donne l’heure, mais aussi bien d’autres infos selon le type de montre. Selon les besoins, certaines montres disposent d’un chronomètre, d’un altimètre, d’un manomètre, une coque étanche…
  • Un trousseau de clés (clefs de la maison, clés de voiture) avec, sur celui-ci, divers accessoires : mini lampe led, sifflet de détresse (en cas d’agression, c’est super efficace pour alerter les alentours!), un mini couteau suisse, une petite capsule renfermant quelques billets de banque enroulés, une clef usb….
  • Un portefeuille (avec ses pièces d’identités, ses permis, sa carte bancaire, son argent liquide, …)

Pour un EDC plus complet

  • Une lampe de poche : de préférence, petite lampe tactique d’au moins 100 lumens de puissance, à led, pouvant également servir d’objet d’impact (brise-vitre en cas d’accident notamment…). Une lampe est utile lorsque l’on rentre chez soi dans le noir, pour pallier à une coupure d’électricité…
  • Une mini lampe frontale de type Petzl E-lite + : faible encombrement, permet de s’éclairer tout en ayant ses mains libres).
  • Un briquet : utile pour les fumeurs, mais également pour divers usages. A noter que le mini briquet BIC est parfait dans un edc pour un usage occasionnel, à la différence du Zippo à essence. En effet, le combustible est susceptible de s’évaporer rapidement.
  • Une pince multifonctions de type Leatherman ou un couteau suisse Wenger ou Victorinox : des dizaines d’outils à portée de main, dont une lame de couteau qui ne s’apparente pas à un couteau de chasse ou paramilitaire… Attention toutefois aux exigences de la législation de votre pays à ce propos.
  • Un stylo (mini stylo bic 4 couleurs) et un petit bloc-notes : sert à noter une info, prendre un contact, laisser un message… Certains apprécieront également d’emporter un agenda de poche.
    Pourquoi pas des vêtements de rechange rangés dans un sac étanche si vous vous déplacez à pieds ou à vélo. Rien de pire que d’arriver sur son lieu de travail trampé par la pluie !
  • Une bouteille d’eau ou une gourde de type « bouteille Nalgene » ou autre. Nous avons toutes et tous besoin de nous hydrater !
  • Des boules kies (pour dormir dans les transports en commun ou se concentrer. Attention toutefois : un vrai survivaliste aime entendre ce qui se passe autour de lui afin de se parer à toute éventualité (accident, agression…)
  • Une batterie externe de type Powerbank et un câble de chargeur pour recharger le téléphone, l’appareil photo ou tout matériel électronique.
  • Un brise vitre RescueMe (utile en cas d’accident de voiture pour se dégager)
  • Une petite boite contenant des piles de rechange. A ce propos, préférez l’emport de matériel fonctionnant avec le même modèle de piles (et avec les piles les plus courantes – LR03 AAA ou LR06 AA).
  • Un cadenas
  • Une paire de lunettes de rechange
  • Attaches lunettes afin de ne pas les perdre
  • Des lingettes pour lunettes ou objectif d’appareil photographique
  • Un marqueur tout terrain de type Sharpie
  • Couteau/fourchette/cuillère pour celles et ceux qui mangent au bureau et au chantier
  • Ordinateur portable/laptop de 10 à 13 pouces, éventuellement
  • Petite carte SD stockée ailleurs que dans le portefeuille et comportant les scans de papiers administratifs importants (penser à sécuriser les fichiers par une clef de cryptage).
  • Un sac poubelle
  • Une paire de gants de protection anti-coupure pour la manutention (utile pour se protéger les mains en toute circonstances).
Couteau suisse – Pixabay

EDC et kit Hygiène

  • Des mouchoirs jetables : sert à se moucher, certes, mais aussi à essuyer, à stopper une hémorragie…
  • Un peu de papiers hygiéniques dans un petit Ziplock étanche… Au cas où, vous l’aurez compris !
  • Du gel hydro-alcoolique : anti bactérien, anti-virus… Utile pour se laver les mains quand on n’a pas d’accès à un point d’eau et du savon.
  • Des serviettes hygiéniques/tampon pour mesdames
  • Une petite brosse à dent de voyage et un petit tube de dentifrice quand on mange à l’extérieur (ne jamais oublier l’hygiène dentaire!)

La santé et les premiers secours : kit bobologique et trauma kit dans un Every Day Carry

  • Vos éventuels traitements quotidiens : ventoline, collyres, cachets… et une copie de l’ordonnance.
  • Petite trousse de premiers secours (kit bobologique) avec quelques médicaments rangés hermétiquement dans des petits Ziplock (noter dessus la date d’expiration et le type de médicament, car vous n’allez pas emporter la boite complète!). A joindre également dans le kit bobologique: quelques pansements divers, une mini paire de ciseaux, de l’éosine, du sérum physiologique, des compresses stériles, des compresses imprégnées d’alcool pour désinfecter une plaie, une pince à épiler, un coupe-ongles, un petit miroir, un masque ffp2.
  • Petit trauma kit pour pouvoir intervenir en cas d’accident autour de soi : gants médicaux en nitrile, bandes, un pansement compressif de type israélien, coussin hémostatique, un garrot tactique de type tourniquet (attention, il faut savoir s’en servir, car très dangereux. A utiliser en attendant l’arrivée des secours qu’en cas d’hémorragie pouvant mener rapidement à la mort. En effet, l’usage du garrot est réglementé. Il peut en bloquant l’arrivée du sang, « tuer » un membre en quelques heures). A emporter également : un protège bouche pour le bouche à bouche, une couverture de survie, un petit sac plastique pour enfermer les gants et autres matériels usagés. A ne pas oublier enfin : les connaissances. Rien n’est plus utile que de passer ses diplômes de premiers secours (PSC1, SST…)
first-aid-kit – Hans – Pixabay

Petit kit de réparation

On a tous quelque chose qui se casse ou qui lâche dans le pire des moments, que ce soit un vêtement, ses lunettes, une chaussure ou autre. Pour pallier ces situations inconfortables, l’emport d’un mini kit de réparation dans l’EDC s’impose !

A emporter dans une petite trousse :

  • Élastiques
  • Zip tie (serflex) : sert de cadenas expéditif, à fixer ensemble deux objets…
  • Duct tape (scotch toilé) enroulé autour d’une carte plastique pour limiter l’encombrement
  • 2m de ficelle/paracorde
  • Un lacet de rechange
  • Minikit de couture avec fil, aiguilles, boutons/épingles à nourrice
  • Un petit tube de colle forte
  • Un petit kit de réparation de vélo pour les cyclistes quotidiens

L’autodéfense

Notre environnement peut être hostile. Pour assurer sa sécurité, il est nécessaire de prendre des cours de self défense. Il peut être également utile de porter sur soi certains outils/armes permettant de se défendre. Ces objets contondants/incapacitants dépendront bien sûr de la législation de votre pays à propos du port d’armes, de leur usage et de la légitime défense. Il ne s’agit pas de se mettre hors la loi ! Nous parlons ici des bombe lacrymogène (gaz CS ou aérosol au poivre), du taser/chocker électrique, de la matraque, du kubotan, du stylo ou lampe tactique, du parapluie de défense…

L’EDC nature ou kit Outdoor

Pour faire de la rando, certains items compléteront l’EDC. Il s’agit ici de parer à toute éventualité, comme par exemple, un accident, ou un événement ne nous permettant pas de rentrer chez soi en fin de journée…

Rando – Sorbyphoto – Pixabay

A glisser dans le sac :

  • 10 mètres de paracorde et/ou de la corde d’escalade
  • Une couverture de survie réutilisable et épaisse de type « Bivvy Bag » (sorte de sac de couchage d’urgence)
  • Tarp, bâche ou tente d’urgence
  • Vêtements de rechange
  • Lampe Frontale
  • Pierre a feu/firesteel et combustible (coton imbibé de vaseline, par exemple). Utile pour se réchauffer en cas d’extrême nécessité et en respectant les règles locales ainsi que les principes élémentaires de sécurité. Il ne
    s’agit pas d’être à l’origine d’un feu de forêt !
  • Une ou deux rations permettant de manger (sans avoir besoin de faire du feu ou d’ajouter de l’eau à la préparation)
  • Une gourde pleine et un mini filtre à eau
  • Une boussole et une carte topographique des lieux
  • Un foulard en coton (pour se protéger du soleil et pour préfiltrer de l’eau)
  • Une paire de gants, un bonnet
  • Une paire de lunettes de soleil
  • Un couteau de camp
  • Un kit de premier secours plus élaboré que celui figurant dans l’EDC

Et vous, que mettez vous dans votre EDC ? Présentez le votre ainsi que votre philosophie en la matière en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.