Défibrillateur et mannequin formation premiers secours

La formation PSC1 : les compétences qui sauvent des vies

S’il existe une formation que tout le monde devrait suivre, c’est bien celle du PSC1. Le « certificat prévention et secours de niveau 1 » constitue en effet en France la formation de base aux premiers secours. On l’appelait avant 2007 « AFPS » pour « Attestation de formation aux premiers secours ». Le PSC1 se présente désormais dans l’Hexagone comme l’équivalent du Brevet Européen des Premiers Secours (BEPS). Un indispensable !

Que ce soit dans le cadre familial ou professionnel, à la maison ou sur la route, personne n’est à l’abri d’être confronté à une situation d’urgence. A fortiori, donc, quiconque se revendiquerait survivaliste se doit de connaître les gestes qui sauvent. Pour lui-même, sa famille, et les autres.

1ers secours
Premiers secours PSC1 – febrianes86 / Pixabay

Pourquoi faire une formation PSC1 ?

Quiconque peut rencontrer dans sa vie des situation d’urgence où soi-même ou autrui serait en danger. Un accident de la route, un malaise dans un supermarché, un enfant qui s’étouffe… Autant de risques pouvant avoir de funestes conséquences sans la mise en application de gestes qui sauvent en attendant les urgences. Car en effet, il n’y a pas toujours d’infirmier ou de docteur aux alentours, et les secours peuvent tarder à arriver. Ainsi, dans certains cas, les premiers instants avant l’arrivée des pompiers ou du SAMU sont déterminants… Et dépend de vous !

Pour savoir anticiper l’urgence, éviter les risques ou avoir les bons réflexes, rien de tel que la formation PSC1. Pour sauver des vies et faciliter le travail des secours le jour où le risque survient, tout le monde devrait la suivre. Les concitoyens ne sont-ils pas le premier maillon de la chaîne des secours ? Il s’agit par ailleurs d’une formation courte, à la portée de tous, sans prérequis et accessible à partir de l’âge de 10 ans. Elle est par ailleurs adaptée si nécessaire aux personnes handicapées.

Programme et contenu de la formation PSC1

Le contenue de la formation PSC1 n’est pas librement fixé par l’organisme de formation. Il est en effet établi par arrêtés ministériels.

Méthode d’enseignement

En matière de méthode, la formation PSC1 alterne :

  • Des cours pédagogiques de type « cours magistral ». Le formateur explique la théorie des geste qui sauvent aux stagiaire, en s’aidant d’exemple, d’un tableau…
  • L’étude de cas concrets, notamment à l’aide de photographies. Les stagiaires doivent alors analyser les risques d’accident, de sur-accident
  • Des simulations et des mises en situation. Il s’agit de cas fictifs où les stagiaires sont amenés à faire un peu de théâtre, en jouant le rôle du secouriste ou du secouru. Le formateur peut mettre à disposition des accessoires, comme des flacons vides de médicaments pour faire croire à une tentative de suicide, du maquillage rouge pour simuler une plaie… Il crée ainsi une ambiance anxiogène pour mettre le secouriste en herbe en état de stress. Comme dans toute vraie situation d’urgence, en somme.
  • Des exercices pratiques seuls ou en groupe, à l’aide de mannequins et de défibrillateurs : utilisation du défibrillateur, massages cardiaques, « bouche à bouche »…

Programme

Le programme de la formation PSC1 comprend en principe neuf parties couvrant l’ensemble des risques et dangers principaux auxquels tout un chacun peut être confronté dans la vie réelle.

L’on commence généralement le PSC1 par la partie « protection ». Il s’agit ici de repérer les dangers avant qu’ils ne surviennent. Ainsi, on se protège et on protège les autres.

Vient ensuite la partie « alerte ». Face à une personne blessée ou exposée à un danger, il convient d’alerter les secours. Au cours de cette partie du programme du PSC1, on repasse alors en revue les différents numéros d’urgence (15, 18, 112…). On apprend par ailleurs à passer un appel en donnant un maximum de détails au service d’urgence : la situation rencontrée, le lieu ou se rendre et les indications complémentaires d’accès, les coordonnées du sauveteur sur place, les actions entreprises…

Enfin, sont passés en revue les différents types d’accidents et les gestes à appliquer pour chacun d’entre eux en attendant les secours. On étudie donc avec le PSC1 les malaises et les différents stades de gravités et causes (malaises cardiaques, AVC…), la perte de connaissance, l’arrêt cardiorespiratoire, l’étouffement… La formation passe également en revue les gestes de secourisme en cas de traumatisme, de brûlure, de plaie…

D’autres modules peuvent être ajoutés de manière complémentaire. Il peut s’agir d’un module sur les risques infectieux et viraux. La Croix Rouge met également en place dans le cadre du PSC1 un module « d’initiation à la réduction des risques ». Il s’agit de faire prendre conscience aux stagiaires des différents types de risques individuels et collectifs pouvant survenir et de s’y préparer en amont.

Les questions que l’on se pose tous à propos du PSC1

Vous devez passer votre PSC1 pour la première fois ? Voici les questions que l’on se pose bien souvent au sujet de cette formation de premiers secours. Nous tentons ici d’y répondre.

Défibrillateur et mannequin formation premiers secours
Formation PSC1 et défibrillateur – JamesRein / Pixabay

Combien de temps dure la formation PSC1 ?

Avant le 1er juillet 2012, la formation durait une douzaine d’heures, soit une journée et demi. Aujourd’hui, la formation dure 7 heures en moyenne. Le centre de formation peut ajouter, en prime, un module d’une heure complémentaire. Elle est donc bien souvent organisée sur une journée, voire en deux demi-journée.

Y a t-il un examen pour le PSC1 ?

Voilà la question que tout le monde se pose avant de passer pour la première fois le PSC1. Suis-je évalué ? Y a t-il un examen écrit ou pratique, une évaluation quelconque ? La réponse est : oui et non. En effet, il n’y a aucune « interrogation écrite » ou évaluation pratique à la fin du stage. Mais le formateur évalue les stagiaires en continu tout au long de la formation. Il suffit de bien participer, de retenir les informations et de ne pas troubler la séance pour l’obtenir. Rare sont les stagiaires en PSC1 à ne pas avoir le fameux diplôme. Mais c’est là une question de bon sens. Lorsque l’on s’inscrit, ne sommes nous pas dans une démarche personnelle d’apprentissage et de volonté de faire au mieux ?

Dans le cadre du PSC1, on parle donc en résumé d’évaluation formative. Il suffit de bien écouter le formateur, de s’intéresser au sujet, de bien reproduire les gestes élémentaires de secourisme en sa présence pour obtenir le certificat de compétence de citoyen de sécurité civile. C’est pourquoi le formateur fait participer au moins une fois chaque stagiaire à un exercice pratique de simulation ou un cas concret en tant que sauveteur.

Par contre, être absent à une partie de la formation (il suffit d’un retard) peut avoir une répercussion négative sur l’obtention du diplôme de PSC1. Soyez à l’heure !

Combien coûte le PSC1 ?

L’avantage du PSC1, c’est qu’il ne coûte pas cher du tout. On parle en moyenne d’un tarif de 60€ pour une journée de formation et l’établissement du diplôme. Le stagiaire n’a qu’à s’affranchir de cette modique somme et de ramener le jour J une enveloppe timbrée afin qu’il puisse recevoir plus tard le diplôme dans sa boite au lettre. Notons qu’à l’issue de la formation PSC1, le formateur est susceptible d’établir un certificat provisoire dans l’attente du vrai diplôme.

L’argent des formations permet notamment de financer le matériel pédagogique, le salaire des formateurs et les frais administratifs. Les 60 euros couvrent également le coût des éventuels documents laissés aux stagiaires à l’issue de la formation. Certains centre donnent en effet à la fin de la session un petit guide de premier secours.

Qui peut délivrer le PSC1 ? Où passer la formation ?

Certains centres de formation classiques peuvent proposer des formation PSC1. Néanmoins en France, trois associations ou organismes sont associés traditionnellement au PSC1 : les pompiers, la Croix Rouge ou la protection civile.

Comment se préparer à la formation secourisme et mieux retenir ?

C’est bien connu : la formation PSC1 nous met dans une ambiance « secourisme » une journée durant, puis, une fois le diplôme en poche, on oublie vite. La cause ? Le manque de pratique. Nous n’allons pas non plus nous en plaindre ceci dit.

Afin que la formation soit plus efficace, nous conseillons au préalable de lire et d’annoter un livre d’initiation aux premiers secours avant le PSC1. Nous pouvons à ce titre recommander « Les premiers secours pour les nuls » ou « Urgences, guide pratique -1ers secours de A à Z » paru dans les Éditions Icone Graphic.

Une fois le guide lu et les notes prises, il sera plus facile de questionner le formateur sur ce que vous n’aurez pas compris, tout en aidant par ailleurs les autres stagiaires à comprendre. Attention, si vous adoptez cette méthode, il est conseillé de participer à la formation avec parcimonie et de ne pas accaparer le formateur pour vos propres questions techniques… Le risque serait d’empêcher les autres d’apprendre et d’agacer tout le monde !

Le jour de la formation PSC1, munissez vous de stylos et de stabilos. Prenez des notes (même si ce n’est pas obligatoire), et faites des fiches par module. Vous pourrez vous y replonger par la suite. Votre livre annoté permettra également d’entretenir vos connaissances, en le feuilletant tous les six mois, par exemple.

Pensez également à repasser la formation PSC1 tous les deux ans afin de rester à niveau !

Afin d’être paré à toute éventualité dans la vie de tous les jours, il est également conseillé d’avoir dans son sac/EDC ou dans la voiture un petit kit de premiers secours ainsi que des fiches mémos ou un petit manuel. Vous pouvez également installer sur votre smartphone des applis faisant office de guide de premier secours. A ce propos, l’application Sauve qui veut permet d’évaluer ses connaissances régulièrement grâce à des petits jeux.

Kit de premier secours étanche - Engin_Akyurt / Pixabay
La formation PSC1 est importante, mais le kit de premiers secours l’est également – Engin_Akyurt / Pixabay

La formation SST

Il s’agit de la cousine du PSC1, mais en entreprise. Elle traite donc des situations générales d’urgence, mais s’adapte aussi à des situations particulières en entreprise.

La formation de sauveteur secouriste du travail a une durée minimale de 14 heures. Elle est valable deux ans, ce qui oblige le salarié SST à suivre une fois cette période écoulée un recyclage d’une durée de 7 heures. Cette formation et son recyclage sont dispensés par un formateur SST certifié par le réseau Assurance maladie risques professionnels / l’INRS.

L’employeur est obligé de former des travailleurs SST selon son effectif, son organisation et les risques que son activité comporte. Portez vous volontaire afin de bénéficier de la formation gratuitement. Par ailleurs, votre temps de formation SST sera payé comme du salaire !

Pour en savoir davantage sur la formation SST (Sauveteur secouriste du Travail), rendez-vous sur la page de l’INRS.

Alors, prêt à devenir un vrai citoyen qui peut sauver des vies ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.