Un compost frais

Faire son propre compost : techniques pour un jardin au naturel

Le compost est essentiel pour nourrir un jardin et booster la terre du potager, à tel point que certains surnomment cet « engrais » naturel l’or noir du jardinier et du maraîcher.

Depuis quelques temps, faire son compost revient à la mode tandis que les engrais chimiques sont délaissés par les jardiniers. Et tant mieux !

Chacun semble redécouvrir les bienfaits de Mère Nature et la magie de la décomposition. C’est simple, tout le monde y trouve son compte : grâce au compostage, on obtient un jardin performant, davantage de légumes sains et on réduit la quantité de déchets que l’on produit en recyclant intelligemment une bonne partie. En parallèle, cela permet de faire de bonnes économies : plus besoin d’acheter de compost dans le commerce et encore moins de produits chimiques coûteux et mauvais pour l’environnement. En réduisant la quantité de déchets produits, nous permettons également à la communauté de faire des économies, ce qui permet à terme de réduire les taxes sur le ramassage des ordures (en principe, si le collectif joue le jeu, mais c’est une autre histoire :-)).

Et vous, allez-vous vous lancer dans la fabrication de votre compost ?

Faire son compost constitue l’une des connaissances de base à acquérir lorsque l’on souhaite débuter en jardinage, que ce soit en mode bio voire en permaculture… Et c’est bien plus difficile qu’on ne le pense. Sans jeu de mot, chacun apprend à faire son compost « sur le tas » et commet au tout départ quelques petites erreurs. Le compost est parfois trop sec, trop humide et pourrissant, trop riche en azote ou en carbone… Pourtant, en théorie, rien ne semble être plus simple : il suffit d’entasser ses déchets végétaux pour en faire à la longue une forme d’humus qui enrichira le jardin… Oui mais… Il y a quelques trucs et astuces à connaître !

Compost bac
Bac à compost – Painter06 / Pixabay

Comment choisir son composteur/bac à compost

Pour composter, il vous faut tout d’abord un système de compostage. Ce dernier doit être suffisamment aéré. Il doit en outre afficher un volume important. Oubliez en effet les mini composteurs d’appartement. Ces petits bacs verts à déchets organiques ne servent qu’à transiter les déchets dans un bac plus grand. En réalité, comptez au moins 1 m³ minimum pour vos plantes, vos parterres de fleurs et vos arbustes.

Par contre, si vous disposez d’un potager de plus de 50m2, il vous faudra un plus grand composteur ou plusieurs bacs d’1 m³. Effectivement, la taille du composteur dépend de vos besoins (et de votre surface), mais également de vos déchets produits. Comme il faut 6 mois à 1 an pour composter les déchets organiques, il est nécessaire de disposer d’un bac pouvant accueillir tous vos déchets produits durant ce laps de temps.

L’emplacement du composteur a également de l’importance. Pensez à un endroit ombragé afin que le soleil ne le sèche pas trop facilement.

Pour ce qui est du composteur en lui-même, trois choix s’offrent à vous :cela peut être un bac à compost acheté dans le commerce, un composteur fait maison ou un simple tas sur lequel vous entasserez les déchets à composter.

  • Le composteur offert par la commune ou acheté dans le commerce s’apparente bien souvent à un grand bac vert muni d’un couvercle permettant d’accéder facilement au compost afin de l’abonder et de le brasser. Un composteur efficace acheté dans le commerce dispose également d’une bonne ventilation sur les côtés et n’est pas hermétiquement fermé dans le fond. Un grillage par exemple permet à la fois de retenir le compost, d’évacuer les liquides en excès et de laisser passer les vers, les larves et les insectes utiles au processus de compostage. Certains bacs possèdent une sorte de tiroir ou de trappe en bas permettant de récupérer au fur et à mesure le compost finalisé.

 

  • Les bacs à compost faits maison : il suffit d’un peu d’ingéniosité pour faire son composteur soi-même : quelques vis, des planches à palettes, des charnières pour le couvercles, un grillage dans le fond… Et le tour est joué. En mode Do it Your self (DiY), il est possible de réaliser bien des choses qui s’avèrent même très esthétiques. Rien de tel par exemple qu’un composteur en bois dans un jardin agrémenté de carrés potagers. De nouveau ici, il convient de ne pas fermer le fond, ni avec une chape de ciment, ni avec des planches afin de faciliter les échanges avec le sol. Autre conseil : prenez du bois non traité afin de ne pas empoisonner votre compost. A ce propos, découvrez ici notre article sur le bois de palette. Pour ce qui est du grillage dans le fond, choisissez le assez serré afin d’éviter la venue de rongeurs.

 

  • Un simple tas réalisé dans un coin ombragé de votre jardin. Avant d’opter pour cette solution de compostage, faites toutefois attention à ne pas importuner le voisinage en raison des odeurs dégagées par certains déchets. Avant de commencer votre tas, prévoyez large si votre potager est assez conséquent : minimum 1 m³, voire bien plus. N’hésitez pas également à lui donner de la hauteur afin qu’au centre la fermentation fasse bien effet. Vous constaterez que tout se passe bien à la chaleur qui y règne : plus de 60°C. A savoir : si vous vous situez dans une région plutôt pluvieuse, il convient de recouvrir régulièrement de paille votre tas à compost afin de l’abriter d’une humidité trop importante. Certes, un compost a besoin d’eau, mais pas trop tout de même ! Cette protection de paille permettra également de le mettre à l’abri du froid l’hiver.
Déchets verts dans un composteur
Composteur et déchets verts organiques – dmoreaurh / Pixabay

Ce qu’il faut mettre ou ne pas mettre dans son compost

Sans faire de liste exhaustive ou d’inventaire à la Prévert, ce qu’il faut mettre ou ne pas mettre dans son compost relève plus ou moins du bon sens. Toutefois, certains déchets peuvent poser question et suscitent des divergences en matière d’opinion.

Voyons ici la liste des choses à mettre et à ne pas mettre dans le compost.

Ce qui peut être composté

  • Les déchets végétaux de tout type : les fanes de légumes, les épluchures (ail, oignons…), les restes de table légumiers, les légumes avariés, les fruits trop mûrs voire pourris… Nous pouvons également ajouter les déchets de tonte et les feuilles mortes, pourvu que ces feuilles ne proviennent pas d’arbres ou d’arbustes malades afin de ne pas contaminer le compost. Méfiez-vous donc des feuilles portant des tâches suspectes. Comme tout déchet organique végétal, les coques de fruits secs (noix, noisettes…) peuvent rejoindre également le compost. A noter que les écorces d’agrumes peuvent être ajoutées au compost mais avec parcimonie. Leur odeur peut en effet repousser les êtres vivants nécessaires au processus.

 

  • Le branchage. Après élagage des arbustes et des arbres, les branches peuvent rejoindre le compost. Mais pour qu’elles soient rapidement assimilées, il est nécessaire de les broyer avec un broyeurs de jardin. Certains feuillages peuvent également être passés au broyeur de végétaux afin d’accélérer le processus, comme les aiguilles de conifère et les feuilles de chêne.

 

  • Les coquilles d’œufs ou coquillages réduits en miettes (apporte des sels minéraux).

 

  • Le carton et le papier non traité. Évitez donc les prospectus en papier glacé et tout papier/carton porteurs d’encre. Les mouchoirs en papier peuvent quant à eux rejoindre le compost.

 

  • Les sachets de thé dénués d’agrafes.

 

  • Le marc de café et les filtres.
Déchets de table
Compostage de déchets de légumes et de fruits – Ben_Kerckx / Pixabay

A ne pas jeter au compost :

  • Les déchets de table carnés (viande, poisson…)

 

  • Le verre, le métal, le plastique (cela va de soi!).

 

  • Les substances polluantes (bois traité, déchets végétaux traités…) ainsi que les feuilles issues de plantes malades.

 

  • Les tissus synthétiques.

 

  • Les branches de diamètre supérieur à 5 mm (même en deçà, mieux vaut les broyer afin que les vers et les insectes puissent les consommer plus vite).

 

  • Les excréments humains (si vous avez des toilettes sèches, le compostage de ce type de résidus doit se réaliser à part pendant 3 ans et n’est en principe pas adapté aux cultures de comestibles. Voir ici notre article concernant l’installation de toilettes sèches.

 

  • Les litières et autres excréments animaux. Sur ce point, les avis divergent. Certains apportent des excréments d’animaux de ferme avec parcimonie afin d’enrichir et « d’activer » le compost. Cela lui permet de « chauffer » plus rapidement. Toutefois, si vous avez des animaux ou si vous recevez d’un fermier du fumier de volailles, de moutons, de vaches ou de porcs, mieux vaut stocker et composter le fumier à part (et de toute manière, le fumier est généralement livré en grosse quantité , inadaptées à un composteur domestique!). Les excréments d’animaux plein d’azote et d’oligo-éléments mélangés à la paille apporteuse de carbone forment ensemble un bon amendement à épandre sur le potager avant l’hiver (compter environ 2kg par m²) en le laissant à l’air libre puis en le recouvrant quelques semaines plus tard de paillis. Ce fumier permet de nourrir la terre, de favoriser la prolifération de micro-organismes utiles au jardin, et d’améliorer sa structure en la rendant plus perméable. Selon le type de fumier (les déjections animales présentent pour chacune des propriétés différentes), il va donner un peu de corps aux terres légères ou au contraire, va alléger les terres plus lourdes.

 

  • Un seul et unique « ingrédient ». Même si celui-ci fait partie de la liste des choses à composter, il convient de souligner qu’un compost est riche de la diversité des déchets qui le compose.

 

  • Les cendres de feu de bois qui n’apportent pas grand-chose au compost car très pauvres. Les vers et les insectes n’y trouveront pas leur compte ! Ce déchet alcalin a de plus tendance à augmenter le Ph. Ces cendres peuvent toutefois être épandues avec parcimonie sur le jardin avant le printemps avec un peu de compost. Elles apporteront ainsi des sels minéraux assimilés par les plantes.

Comment réaliser et entretenir son compost ?

Pour bon nombre, il suffit de jeter les déchets organiques pelé-mèle dans le composteur et d’attendre pour obtenir du bon compost. Sauf que c’est un peu plus complexe que cela. Voyons ici les bases en matière de processus de compostage, d’équilibre azote/carbone, d’activation du compost… Et les bons gestes à réaliser !

Un compost frais
Ce à quoi ressemble le compost final -jokevanderleij8 / Pixabay

Le processus de compostage et le rapport carbone/azote

Le compost est le produit, non pas du pourrissement mais de la fermentation de déchets organiques. Ces derniers se doivent de bénéficier d’une bonne aération et d’un taux d’humidité optimal, condition sine qua non pour attirer les petites bêtes (vers, acariens, insectes…) et les micro-organismes dont le rôle est d’activer le compost (bactéries, champignons, protozoaires).

Ce taux dépend de l’humidité apportée, mais aussi des déchets mis au compost. Ceux-ci peuvent être classés en deux catégories :

  • Les végétaux et matériaux secs (branches broyées, feuilles mortes, sciure, paille, brindilles, papiers/cartons non traités…)
  • Les déchets humides (Épluchures de légumes, déchets de tonte…)

La première catégorie, les déchets dits « secs » apporte du carbone. La seconde, celle des déchets « verts et humides» apporte de l’azote. Carbone et azote sont les deux composés chimiques essentiels du compost et doivent s’équilibrer. Les initiés parlent de rapport C/N, C étant le symbole chimique du carbone et N celui de l’azote. S’il y a trop d’azote, les bactéries ne sauront digérer le compost et une partie pourrira ni plus ni moins très rapidement en dégageant une odeur fétide. S’il y a trop de carbone, ce sera le contraire : Il y aura moins à manger pour les bactéries et autres bestioles utiles : la quantité de compost produit sera très limitée tandis que le processus prendra plus de temps.

Si malgré les déchets verts le compost s’avérerait trop sec (aération trop importante, chaleur séchant les déchets de tonte…), il est utile de rééquilibrer le taux d’humidité. Il suffit dans ce cas d’arroser le compost d’eau de pluie ou mieux, de purin d’orties. Retrouvez ici notre recette de purin d’ortie et tout ce qu’il faut savoir sur ce produit naturel.

A savoir : un compost qui fonctionne est un compost qui chauffe, en raison de l’activité biologique qui y règne en son cœur. Celle-ci peut monter jusqu’à 70°C pendant la phase de dégradation des déchets avant de redescendre durant la phase de maturation.

Pour tout connaître sur les processus et les phases des températures du compost, rendez-vous sur le site compostage.info ainsi que sur Wikipédia.

Les bons gestes : le brassage du compost

Comme nous l’avons souligné précédemment, le compost a besoin d’être aéré. En effet, la décomposition et la fermentation peinent à se faire sans oxygène. Pour faciliter le compostage et accélérer le processus, il ne faut pas hésiter à le brasser régulièrement. Tous les quinze jours environ. Il suffit de sortir les gants de caoutchouc pour brasser manuellement le compost ou tout simplement la fourche pour le retourner.

Également, les gros déchets secs peinent à se décomposer. Pour faciliter la chose et donner un coup de pouce à la nature, un broyeur de végétaux n’est pas du luxe. Cet engin permettra de réduire en miettes les feuilles, les épines, les branches, la paille… Ces déchets secs seront ainsi plus facilement assimilables par les insectes et micro-organismes et se mélangeront mieux aux déchets humides. Le rapport carbone/azote sera également meilleur quand on sait que les déchets verts se décomposent très rapidement par rapport aux déchets secs… A fortiori de grande taille.

Les activateurs de compost

Laisser faire la nature, c’est bien. Mais la nature prend son temps ! Les plus pressés opteront donc pour un activateur de compost afin d’accélérer le processus et transformer les déchets organiques en humus. Ces substance ont en effet pour effet de rendre plus efficaces les micro-organismes présents dans le compost voire de les multiplier.

Certains optent pour des activateurs industriels, vendus en granulés, en poudre ou en format liquide. Certains produits de ce type sont bien souvent bio compatibles et donc non polluants. Tel est le cas pour certaines substances azotées ou d’autres composées de bactéries et d’enzymes. Les activateurs chimiques de type sulfate d’ammoniaque sont quant à eux à éviter.
Il existe également des alternatives 100 % naturelles, comme les orties et la consoude broyés, le purin d’orties, l’ajout de vers de terre au compost… Retrouvez ici notre recette de purin d’ortie et tout ce qu’il faut savoir sur ce produit naturel.

vers de terre
Le lombric, un bon activateur de compost – bluebudgie / Pixabay

Quand récolter son compost ?

Le compost se récupère en général après un laps de temps allant de 6 mois à un an. Le compost bien fait ressemble a terme à de l’humus noir avec une texture fine de terreau et une odeur de sous-bois. Il s’avérera un amendement parfait pour le potager, les parterres et les plantes en pot.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.