Cigognes- MabelAmber / Pixabay

Premier séjour à la maternité : comment ça se passe ?

Tic-tac, tic-tac… Le petit séjour à la maternité arrive à grands pas !

Le 9ème mois de grossesse est entamé, le premier enfant que l’on attend ne va pas tarder à arriver ! Comme chacun l’affirme telle une vérité universelle « on n’est jamais prêt à être papa ou maman ». Une « vérité » qui mérite toutefois d’être nuancée.

Une chose est sûre : avant même de se projeter dans la vie de parent, personne ne peut réellement imaginer comment se passe un séjour à la maternité. Il y a la phase de pré-accouchement, la phase de travail et d’accouchement proprement dite, la « convalescence » avec bébé… Et chacune de ces étapes apporte un lot d’émotions que l’on peut difficilement décrire. Il y a aussi un tas de choses à savoir sur le séjour à la maternité. Ces petites choses qui font que ces quelques jours passés à l’hôpital ne sont pas de tout repos !

C’est pourquoi nous vous avons préparé une sorte de « guide de survie à la maternité » pour mieux se préparer et s’y retrouver. Attention : il s’agit là que d’une retranscription de l’expérience personnelle de l’auteur de ce blog. Certaines choses peuvent changer d’un hôpital à l’autre, ou selon le type d’accouchement. Ajoutons qu’il ne s’agit pas ici de donner le moindre conseil médical. Pour cela, vous aurez à vos pieds une armée de professionnels pendant une petite semaine !

Fetus Foetus Embryo Anatomy - mohamed_hassan / Pixabay
Bébé n’en a plus pour longtemps dans le ventre de maman ! – mohamed_hassan/a> / Pixabay

Le départ à la maternité : en route vers l’hôpital !

Il n’existe pas de scénario type pour l’accouchement. On imagine souvent comment ça se passera et au final, c’est la nature qui décide toujours ! Il se peut que bébé arrive avant le terme, qu’il attende sagement son heure ou que maman connaisse un déclenchement et/ou un décollement manuel de la membrane pour accélérer le processus… Il se peut aussi que maman perçoive à la maison ses premières contractions de travail, bien différentes des contractions de Braxton Hicks, avant le départ à l’hôpital. A moins qu’elle ne perde tout bonnement les eaux et qu’il ne faille pas traîner à mettre le cap vers la maternité !

Quoiqu’il en soit, à moins d’un rendez-vous fixé à l’avance pour un déclenchement, l’accouchement ne se prévoit jamais et survient quand on s’y attend le moins. Tantôt en plein jour, tantôt au début de la nuit (préparez-vous à une nuit blanche!). Mieux vaut donc toujours avoir près de soi sa valise de maternité.

Papa devra, de même, préparer son baluchon. Il a le droit à un lit d’appoint et pourra commander des repas tout le long du séjour à la maternité afin de tenir compagnie et prêter main forte à maman. Question remboursement, il demeure nécessaire de se tourner vers la mutuelle de maman. En dernier recours, la mutuelle de papa peut également prendre en charge les surcoûts. Notons que les tarifs évoluent selon les hôpitaux, mais se situent autour de 10€/repas et 15€ la nuit.

Il est également indispensable de prévoir à l’avance une procédure afin de pouvoir mettre les voiles dans le quart d’heure qui suit : préparer la voiture (y placer la coque pour bébé – vous reviendrez à trois), couper l’eau, le gaz et l’électricité à la maison, prévenir quelques contacts, fermer et sécuriser la maison…

A ce propos, retrouvez ici notre liste des choses à mettre dans sa valise de maternité.

Petit conseil : avec le stress, nous avons tendance à faire n’importe quoi. N’oubliez pas que le contexte n’est pas une raison pour aller à toute vitesse sur la route et qu’un accident serait, notamment dans ce cas, mal venu.

Bagage pour accouchement et hôpital
Sac de maternité prêt à prendre – Free-Photos / Pixabay

La phase de travail et d’accouchement

Il existe peut-être autant d’accouchements qu’il existe de femmes enceintes. Inutile donc d’en tirer des règles générales !

Péridurale, sans péridurale, césarienne ?

Certains accouchements se passent sans douleurs, d’autres peuvent au contraire s’avérer plus pénibles. Souvent, la péridurale permet d’atténuer celles-ci une fois que le col commence à bien se dilater, mais parfois, il est trop tard pour la poser ou l’anesthésie ne fonctionne tout bonnement pas. Toujours est-il que 2 femmes sur 10 accoucheraient aujourd’hui sans péridurale en France. Il est également envisageable d’avoir recours à la césarienne, mais le corps médical priorise généralement les voies basses, c’est à dire l’accouchement naturel. Celui-ci ne s’apparente pas à un acte chirurgical, ne nécessite pas d’anesthésie générale et permet un plus prompt rétablissement.

Du début du travail à l’accouchement

Grosso modo, une fois admis à l’hôpital, la future maman va être « branchée » via deux capteurs au moniteur pour la séance de « monitoring ». Cet appareil montrera au travers de deux cadrans la montée des contractions et les pulsations du cœur de bébé. Au départ, les contractions seront faibles, puis elles monteront dans les tours et se feront davantage ressentir. Elles seront également plus régulières. C’est le travail qui commence.

Ce travail d’accouchement peut durer plus de 10h pour un premier enfant ! Le but de l’opération est de passer d’un col fermé ou presque à un col ouvert à 10 « doigts » permettant de laisser passer la tête de bébé. Il faudra donc attendre le passage des contractions, respirer et pousser quand il le faut… Un travail que l’on réalise en amont avec la sage-femme lors des préparations à l’accouchement. Une fois le col à 10, c’est la dernière étape du travail : sortir le bébé. Cela peut prendre entre 5 minutes et une demie-heure, selon la difficulté à faire descendre bébé. Parfois, la ventouse et les forceps sont de mise. C’est impressionnant, mais les médecins accoucheurs, les sages-femmes et obstétriciens sont des pros en la matière !

Premiers soins, peau à peau

In fine, bébé est sorti. On proposera en principe au papa de couper le cordon, puis le bébé connaîtra ses premiers soins et tests réflexes avant d’être pesé. Vous connaîtrez ainsi sont poids, mais pas encore sa taille. Afin de ne pas abîmer sa petite colonne, on ne mesure désormais bébé que dans les deux jours qui suivent l’accouchement ! Bébé revêtira ensuite son premier petit pyjama pour le mettre au chaud (il était habitué à 37°C) et rejoindra les bras de maman pendant 1h30 à 2h pour une séance de peau à peau. Rien de tel pour faire connaissance et faire le vide après ces moments d’émotion. Une fois la séance de peau à peau finie, c’est le retour dans la chambre de maternité. Maman, bébé et papa auront le droit à un repos bien mérité.

Petits conseils et astuces : papa à un grand rôle à jouer pendant le travail : soutenir maman, l’aider à changer de position, faire l’intermédiaire avec les infirmières… Pensez à emporter au bloc un brumisateur pour rafraîchir maman ainsi que le premier pyjama de bébé.

BBébé peau à peau - Sanjasy / Pixabay
Nourrisson et peau à peau après l’accouchement – Sanjasy / Pixabay

Dans la chambre avec bébé, premiers jours et premières nuits

Le retour dans la chambre de la maternité après l’accouchement est un moment inoubliable. On se pose, on se remet des émotions avant d’observer bébé… Papa et maman se questionnent, bien sûr: « de qui tient-il»? C’est le moment où on lui parle pour la première fois tout en le couvrant de bisous. C’est le début de la parentalité !

Un bébé groggy et stressé

Durant la première journée du séjour en maternité, bébé est fatigué par l’effort qu’il a déployé. Il est aussi un poil stressé. Il découvre un monde vaste, avec des êtres vivants autour de lui, de la lumière, de l’oxygène qu’il faut respirer… Bref, la cinquième dimension !

Premières tétées

Le premier jour sera aussi l’occasion de nourrir pour la première fois bébé au biberon ou au sein. Dans ce dernier cas, la montée de lait n’aura pas encore eu lieu (en principe). Bébé se nourrira tout de même du colostrum, sorte de liquide perlant au bout du mamelon et annonçant la lactation prochaine. A savoir que le colostrum est plein de nutriments pour aider bébé à se requinquer !

Soins du cordon

Autre chose. Le vestige du cordon ombilical, retenu par une pince, nécessitera quelques soins. La sage-femme vous montrera les gestes à répéter minimum 3 fois par jour avant que le cordon ne tombe pour devenir le nombril du bébé. C’est à cette occasion que vous demanderez sûrement très naturellement à donner le bain au bébé. Ce ne sera néanmoins pas pour tout de suite. Généralement, le premier bain n’intervient que 2 jours après l’accouchement. Nous verrons plus loin pourquoi.

Les premières nuits à la maternité

La sécurité de bébé

Avant de rejoindre le lit, on vous expliquera comment coucher bébé en toute sécurité. Vous apprendrez à utiliser le cododo, à vérifier si rien de dangereux ne se situe à portée de main du bébé (y compris une couverture pouvant l’étouffer…). Puis on vous indiquera comment faire un petit cocon avec des serviettes roulées en boudin entourant bébé (allongé sur le dos). Seul dans son cododo assez large, il risque en effet de prendre peur, tandis qu’un cocon lui permet un maintien sur les côtés et lui rappelle l’étreinte de utérus.

Première nuit

Comme nous le précisions précédemment, bébé sera sûrement comme ses parents, c’est à dire fatigué. La première nuit à la maternité s’avère donc relativement calme. Papa et maman doivent en profiter pour essayer de se reposer un peu, mais les hormones de grossesse, la sérotonine et l’adrénaline empêchent généralement la phase de sommeil. L’on a également tendance à stresser pour bébé bien que le personnel soignant nous ait expliqué comment l’installer en sécurité dans le cododo.

Nuits de java

La seconde et la troisième nuit du séjour à la maternité s’augurent d’une autre manière. Ce sont les nuits de java. Bébé découvre son environnement, stresse, veut retrouver les odeurs de maman, réclame une présence… Rappelez-vous : bébé ne dormait pas non plus dans le ventre de maman et bougeait beaucoup la nuit…. Il a conservé le même rythme dans le monde réel et à la maternité. Ces nuits sont donc celles où l’on dort le moins, où l’on doit rassurer à 100 % le petit. Mais ces nuits sont essentielles pour l’expérience de l’enfant et de la maman. Pendant celles-ci, des moments forts sont à prévoir, où chacun apprend plus que jamais de l’autre.

Se nourrir à l’hôpital et nourrir bébé : biberons et allaitement

Pour se requinquer et passer une bonne semaine, il est nécessaire de bien manger.
Là encore, la qualité des repas en maternité varient selon les hôpitaux, mais s’avèrent toujours complets et équilibrés. N’hésitez pas à déclarer d’entrée de jeu vos régimes alimentaires, intolérances et allergies !

Une chose à savoir : si vous êtes habitué à manger tard, la maternité produira chez vous un choc. Généralement, le dîner est servi à 18h30 !

Breast Feeding Motherhood Mother - gdakaska / Pixabay
Allaitement naturel – gdakaska / Pixabay

Pendant le séjour à la maternité, il s’agit également de nourrir bébé. Là, c’est une autre affaire. Il convient de lui trouver un lait qu’il accepte ou de procéder à l’allaitement. Le problème est que la montée de lait se situe en moyenne entre le troisième jour et le cinquième jour après l’accouchement… Tout dépend donc des bébés.

Certains se contenteront du colostrum, d’autres téteront dans l’espoir de sentir arriver le tant attendu nectar. Dans ce cas, bonne nouvelle : plus bébé tête, plus le lait arrive facilement. Mauvaise nouvelle : si le colostrum est suffisant pour son petit estomac (qui a la taille d’une bille à la naissance), celui-ci va vite grandir. Si bébé est glouton, il va pleurer jour et nuit et sucer ses poings en signe de famine. Dans ce cas, les nuits sont quasi impossibles, à moins de maintenir bébé en position de tétée pour le calmer, et encore.

Dans ce cas, mieux vaut interroger le personnel de santé qui pourra vous diriger vers des solutions permettant de favoriser la montée de lait et de calmer bébé. Il peut s’agir de tisanes d’allaitement, du prêt d’un tire-lait, de compléments permettant de nourrir bébé en attendant (lait de vache hypoallergénique)… Les sages-femme spécialistes en la matière vérifieront également si bébé tête bien.

Les premières couches

Vous n’y échapperez pas ! Il s’agit d’un baptême du feu à la maternité pour maman et papa.
Au début, les couches se remplissent de pipi mais surtout de caca couleur noir bien foncé. Il s’agit du méconium, premières selles issues des nutriments et du liquide amniotique avalé dans le ventre de maman. Puis, les selles vont changer peu à peu pour devenir davantage consistantes. Elles tireront sur le vert kaki, voire le jaune doré. En tout cas, bonne nouvelle : si bébé fait caca dans sa couche, c’est qu’il se nourrit et que le transit se passe bien !

Lors des premières couches, les puéricultrices vous expliqueront comment procéder pour changer bébé en sécurité et pour nettoyer ses petites fesses. Tout un programme !

Le premier bain de bébé à la maternité

Pour le bien-être du bébé, il est désormais courant de le laisser tel quel après la naissance pendant deux jours avant le premier bain. Le but est de ne pas le dépayser trop vite et de conserver sur lui son odeur naturelle. Ce report du premier bain permet également au bébé de conserver le vernix caseosa qui le recouvrait en partie à la naissance. Il s’agit d’un enduit blanchâtre et crémeux produit naturellement par le foetus et qui permet de protéger la peau du bébé tout en favorisant sa sortie de l’utérus en agissant comme un lubrifiant.

Il était autrefois d’usage de laver bébé dès la naissance, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. On conserve en effet le vernix qui permet de limiter les pertes thermiques de l’enfant avant d’être réabsorbé par la peau. (sources : parents.fr )

Bain bébé
Premier bain du nourrisson à la maternité – AnKali / Pixabay

Après deux jours en maternité, et quelques couches relativement remplies, il est tout de même temps de donner à bébé son premier bain.

Surtout, ne procédez pas seuls à cette étape et appelez une soignante. Elle vous expliquera les rudiments de la sécurité de bébé dans le bain… A savoir, comment chauffer l’eau, mesurer sa température du bain, plonger bébé dans le bain et lui maintenir la tête et les voies aériennes hors de l’eau…

Conseils et astuces : rapportez à l’hôpital votre propre thermomètre de bain afin de vérifier avec le personnel soignant qu’il soit bien réglé.

L’éclairage à l’hôpital

Bienvenue dans l’enfer du néon ! Bien souvent, l’éclairage dans les chambres de maternité est assez cru ou violent… Après, tout dépend toujours de l’hôpital. Cela n’est donc pas pratique pour faire dormir bébé. Ce dernier n’aime généralement pas le noir total (il voyait un peu de lumière au travers du ventre de maman – ou bougeait quand c’était la nuit). De plus, pour lui donner les biberons la nuit ou pour l’allaiter, mieux vaut voir ce que l’on fait sans réveiller bébé avec une lumière trop puissante.

Astuce qui vaut de l’or : apportez dans votre sac de maternité une petite veilleuse ou une lampe de poche LED fonctionnant avec des piles. Au pire, il ne vous reste plus qu’à allumer la lumière des toilettes et de laisser la porte entrouverte.

Les pesées du nouveau né

En principe, bébé sera pesé chaque jour afin de suivre son évolution. Les premiers jours à la maternité, il perdra forcément du poids. Bébé évacue en effet le surplus de liquide amniotique et les nutriments reçus dans le ventre de maman au travers des urines et du méconium (premières selles du nouveau né). Il se dépensera également, transpirera et pleurera beaucoup sans pour autant manger énormément, vu que son estomac est initialement très petit !

Il est ainsi apparemment admis qu’un bébé perd en moyenne 10 % de son poids dans les jours suivant la naissance. Cela peut également varier selon le stress subi lors de l’accouchement. La sortie de maternité se réalisera en principe lorsque bébé sera en situation de regain de poids. (sources : Hellocare )

Afin de suivre son évolution, équipez-vous pour la maison d’un pèse-bébé et demandez des conseils à la sage-femme qui vous suivra !

Les tests auditifs

Bébé sera soumis avant la fin du séjour à la maternité à un test auditif. De nouveau, pas de panique. Les problèmes d’audition à la naissance demeurent peu courants et ne touchent que 0,1 % des bébés.
Généralement, les soignants priorisent un moment où bébé dort bien sur le dos afin d’avoir accès à ses deux oreilles. Grâce à des capteurs, bébé sera relié à une machine spéciale envoyant dans les oreilles un son léger à 35db et étudiant ses réactions. Ce n’est absolument pas douloureux !

Un nombre incroyable de soins

Lors d’un séjour à la maternité, il faut s’attendre à se voir confronté à une batterie de soins divers. Maman et bébé sont concernés.

Soins de bébé à la maternité

Il faut tout d’abord compter les soins de bébé. Nous pouvons citer, entre autres, le relevé fréquent de la température corporelle, de la tension et autres indicateurs liés aux paramètres vitaux. Le personnel de soin procède également, selon le contexte, à des prises de sang diverses ainsi qu’à des tests liés à la jaunisse et autres affections pouvant toucher bébé. Ce dernier connaîtra également un check-up mené par le pédiatre lors de la première journée ainsi qu’une prise de sang par piqûre du talon. Cette piqûre intervient souvent le troisième jour. Nous l’avons évoqué précédemment, mais bébé sera également confronté à un test d’audition ainsi que divers soins liés à l’hygiène (premier bain, premier soin du cordon…)

Medical Health Doctor Medicine - Megan_Rexazin / Pixabay
Soins médicaux – Megan_Rexazin / Pixabay

Les soins de maman

Maman ne sera pas en reste. On relèvera régulièrement sa tension, sa température. En cas d’épisiotomie (ouverture du périnée pour laisser passer bébé), des soins seront aussi promulgué quotidiennement afin d’éviter les infections et afin d’accélérer la cicatrisation.

Bien sûr, les soins médicaux varient d’un enfant et d’une maman à l’autre. Toujours est-il que ce sera un véritable défilé dans la chambre !

Conseils et astuces : emportez dans votre valise de maternité votre propre thermomètre électronique afin de vérifier vous-même la température de bébé. Celle-ci est à prendre dans le creux du coude. On ajoute à cette mesure 0,5°C pour obtenir la température interne. En cas d’épisiotomie, emportez également une petite bouée de plage qui vous aidera à vous asseoir sans avoir mal aux cicatrices.

Le défilé des soignants, des conseils à prendre… et à laisser !

Vous rencontrerez également, outre les infirmiers/infirmières et les aides soignant(e)s, des sages-femmes (parfois spécialisées), des experts en allaitement, des psychologues, des puériculteurs/trices, l’obstétricien(ne)… Personne ne sera avare de conseils et vous ressortirez au bout de quelques jours de maternité avec la matière pour écrire une thèse sur le sujet !

N’hésitez donc pas à poser des questions, c’est le moment ou jamais. Attention toutefois. Il faut parfois savoir faire le tri, car beaucoup de personnels de soins se contredisent. Parfois au point de créer une véritable cacophonie! En effet, il y a la science, mais chacun est conditionné par sa culture, sa génération, sa propre expérience… Et les conseils ne sont jamais les mêmes, notamment en matière d’écoute de bébé et d’allaitement.

Le sommeil à la maternité

A la maternité, il est difficile de dormir, vous l’aurez compris. Entre le stress, les biberons et les pleurs de bébé, les nuits sont souvent compromises. Le jour, le défilé du personnel soignant empêche également toute sieste. Entre les repas, le nettoyage de la chambre, le changement des draps, les visites des proches, les soins… Comptez près de 30 passages par jour ! Cela peut durer jusqu’à 10h30 du soir avant de reprendre à 6h30…

Si par miracle bébé dort, n’hésitez pas à demander une affiche « ne pas déranger » et l’accrocher à la porte afin de bénéficier d’une heure de répit. Certains soignants peuvent également s’avérer très bruyants… Un éléphant dans un magasin de porcelaine. Rappelez leur d’entrée de jeu que bébé dort !

Préparation de la sortie de l’hôpital

Au bout de quelques jours, si tous les indicateurs sont au vert, le séjour en maternité touche à sa fin.

Vous bénéficierez d’un tas de conseils difficile à retenir. Ceux-ci toucheront les médicaments et les vitamines à chercher en pharmacie, la posologie des traitements, le fonctionnement des biberons et des dosages, la location d’un tire-lait, les équipements divers, les futurs rendez-vous médicaux… N’hésitez pas à demander quelques fiches explicatives en plus des ordonnances ! On remettra par ailleurs le carnet de santé de bébé apportant pas mal d’informations à ces sujets.

Medical Nurse Doctor Hospital - Megan_Rexazin / Pixabay
Megan_Rexazin / Pixabay

Sortie de la maternité

Ça y est, l’aventure commence ! Il vous faudra affronter de nouvelles réalités, prendre ses marques avec bébé tout en n’oubliant pas :

  • L’inscription à l’état civil dans les cinq jours suivant la naissance
  • L’inscription de bébé à la sécu, la CAF, la mutuelle…
  • L’aménagement de la maison si ce n’est pas déjà fait
  • Le passage en pharmacie
  • Organiser les visites de la famille afin de montrer bébé à tout le monde sans se fatiguer outre mesure
  • La nouvelle distribution des rôles à la maison afin d’éviter que l’un des membres de la famille s’épuise.

Petite astuce : demandez à votre mutuelle si quelques heures de ménage sont prévues dans votre contrat dans le cadre d’une naissance ! Certaines accordent même des primes de naissance. Pourquoi s’en passer ?

Voilà, ce « guide de survie à la maternité » touche à sa fin. Vous en savez maintenant un peu plus sur la manière dont se déroule un séjour en maternité !

Et vous les mamans et papas, comment avez-vous passé votre séjour en maternité ? Votre expérience, vos astuces et vos conseils nous intéressent ! N’hésitez pas à témoigner en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.