Tisane détox - silviarita / Pixabay

La naturopathie, une médecine non conventionnelle en vogue

Par Naturopathie, nombre d’entre-nous entendent « médecine par la nature ». Une traduction littérale qui permet de simplifier le concept, allant pourtant bien plus loin. En effet, la naturopathie adopte une véritable approche holistique en appréhendant la personne dans sa globalité.

Cette pratique thérapeutique a pour objet de rééquilibrer le fonctionnement de l’organisme grâce à des méthode naturelles. Ces dernières sont amenées à agir en majeure partie de manière préventive sur les causes de divers maux. Cette médecine dite « non-conventionnelle » est considérée par l’OMS comme la 3è médecine traditionnelle, avec la Médecine chinoise traditionnelle et de la Médecine Ayurvédique.

Naturopathie et homéopathie - ka_re / Pixabay
Boulettes d’homéopathie – ka_re / Pixabay

Histoire de la naturopathie

La naturopathie, en qualité de médecine traditionnelle, présente des origines anciennes. Elle fut pratiquée en occident de l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXème siècle. C’est à cette période que la naturopathie fera son entrée officielle, le terme ayant été inventé par John H Scheel en 1895. Cette « belle époque » sera aussi marquée par l’accélération de la recherche qui amènera le secteur de la santé à développer l’usage de médicaments de synthèse et le recours aux interventions chirurgicales.

Dans ce contexte, les médecines traditionnelles perdurent, mais sont mises au second plan. Cela n’empêcha pas la première école de naturopathie de voir le jour en 1901 à Manhattan. Celle-ci sera créée sous l’impulsion du médecin Bénédict Lust, considéré comme l’un des fondateurs de la discipline. A partir des années 1970, la naturopathie connaitra un regain d’intérêt et s’affirmera peu à peu. L’OMS elle-même n’a-t-elle pas recommandé aux Etats d’intégrer la naturopathie aux services de santé publics ?

Les grands principes de la naturopathie

La naturopathie repose sur 4 piliers fondamentaux qui sont les suivants :

  • Agir sur la cause de la maladie. Comme disait Hippocrate « Recherchez la cause et traitez-la, recherchez la cause de la cause et traitez la, …».
  • Ne pas nuire au patient. Citons de nouveau ce bon vieil Hippocrate. « Face aux maladies, avoir deux choses à l’esprit : faire du bien, ou au moins ne pas faire de mal ». Cela passe notamment par des soins n’agissant pas sur les symptômes. Ces derniers ne sont en effet que l’expression de la maladie et les faire taire ne permet pas de guider le patient vers la guérison ni d’apprécier l’évolution en bien ou en mal de la maladie.
  • Faciliter les forces intérieures. La naturopathie part du postulat selon lequel la nature et par extension, le corps humain, possède en son sein les forces nécessaires permettant de s’autoréparer. Le rôle du naturopathe consiste alors à supprimer certains obstacles et à faciliter l’émergence de ces forces.
  • Le métier de naturopathe s’apparente à un conseiller santé qui enseigne à son patient la connaissance du corps humain, la connaissance de soi, les habitudes de vie et d’hygiène.
Fleurs médicinales - cenczi / Pixabay
Décoctions et naturopathie – cenczi / Pixabay

Le métier de naturopathe

Médecine avant tout préventive, la naturopathie vise à rétablir la santé par des moyens naturels, mais aussi et surtout à maintenir cette santé sur le long terme. Le métier mêle donc casquette de thérapeute, de conseiller santé et de coach de vie/bien-être. On parle également d’éducateur de santé car le naturopathe cherche à rendre son client acteur de sa santé.

Cela passe par un travail sur les points forts et les « forces d’auto-réparation » susceptibles de combattre les faiblesses, ainsi qu’une phase d’introspection préalable. Les premières séances avec un naturopathe constituent l’occasion de réaliser un

  • Bilan de vitalité,
  • Topo sur le mode de vie, les habitudes alimentaires, le stress personnel ou professionnel, la qualité du sommeil…
  • La recherche des causes d’un mal avéré ou potentiel pour lequel le client consulte.

Les bienfaits de la naturopathie

Nous touchons là à un sujet sensible, car il n’existe pas d’essais cliniques validant les bienfaits et l’efficacité de la naturopathie en tant que telle. La naturopathie constitue en effet une forme de synthèse de méthodes naturelles thérapeutiques et de médecine douce.

Or, nombre d’expériences et de recherches sérieuses en la matière furent concluante à propos de sous-domaines de la naturopathie. C’est la cas, par exemple de la balnéothérapie, la nutrition et la phytothérapie.

A ce propos, la naturothérapie touche effectivement à de nombreux domaines/techniques agissant bien souvent en synergie parmi lesquels nous pouvons compter la/le :

  • Nutrition,
  • Balnéothérapie,
  • Aromathérapie,
  • Gemmothérapie,
  • Hydrothérapie,
  • Phytothérapie – herboristerie.
  • Biokinesie (gymnastique des organes),
  • Réflexologie,
  • Phytologie,

Aujourd’hui, il est courant de faire appel à un naturopathe afin de lutter contre l’arthrose et le cholestérol, renforcer son système immunitaire, lutter contre les allergies, arrêter le tabac, perdre du poids, gagner en vitalité…

Tisane détox - silviarita / Pixabay
Naturopathie et tisane détox – silviarita / Pixabay

La formation du naturopathe

Beaucoup de questions nous viennent quand il est question de naturopathie : les naturopathes sont-ils des médecins/docteurs ? Quel diplôme faut-il passer pour devenir naturopathe ?

En tant que synthèse de médecines douces, il n’existe pas de définition arrêtée de la naturopathie. En France, le métier de naturopathe n’est pas réglementé. Son exercice est donc libre. C’est pourquoi nombre de naturopathes se regroupent en associations professionnelles. Le but est d’encadrer la profession et de formaliser un standard de formation de naturopathie afin d’éviter l’arrivée de praticiens peu scrupuleux s’autoproclamant naturopathes sans disposer des compétences requises. C’est notamment à cause de ces derniers que certaines personnes  qualifient cette pratique de pseudo-science, voire de charlatanisme basé sur l’effet Placebo.

Soulignons néanmoins que beaucoup de naturopathes en France sont des praticiens de la santé ayant suivi une formation complémentaire. Certains naturopathes, non assimilés aux personnels de soins, ont toutefois suivi une formation de naturopathie délivrant le titre de conseiller naturopathe (niveau bac + 2).

Dans certains pays comme l’Allemagne, la formation en naturopathie est directement intégrée au cursus des médecins et des docteurs en pharmacie.

Alors, comment choisir un bon naturopathe ? Il n’y a pas de règle, il faut juger sur pièces, se baser sur les avis, questionner son entourage…

Essences florales
Huiles essentielles et essences florales – stux / Pixabay

Contre-indications à la naturopathie et risques pour la santé

A la base, la naturopathie est une pratique thérapeutique qui s’adresse à tous. Néanmoins, la naturopathie n’est pas dénuée de risques. En effet, ce n’est pas parce qu’un remède est naturel qu’il est forcément bon, doux et sans conséquences négatives. Les médicaments de synthèses sont eux-mêmes issus pour la plupart de principes actifs contenus par les plantes.  Ainsi, par exemple, certaines huiles essentielles peuvent présenter des effets secondaires et peuvent être dangereuses aux femmes enceintes. Attention donc aux contre-indications ! Certains remèdes dits naturels peuvent également être délétères en cas de surdosage, ou d’allergie…

Certains praticiens pointent également d’autres risques associés à la naturopathie : la non détection de maladies graves et le suivi de traitements non-efficaces. En effet, certains naturopathes, outrepassant leur fonction, ont eu maille à partir avec la justice après le décès de patients atteints de cancers dont ils se sont évertués à soigner par la naturopathie.

Rappelons donc qu’un naturopathe n’est pas un médecin stricto-sensu. Il ne prescrit pas mais conseille. Il ne délivre pas d’ordonnance, ne réalise pas de diagnostic et, plus globalement, ne peut procéder à aucun acte médical… Sous peine d’être jugé pour « exercice illégal de la médecine » et pour « usurpation du titre de médecin ». D’ailleurs, le naturopathe ne suit pas de patients, mais bel et bien des clients.

Alors, faut-il voir un naturopathe ? Tout dépend du mal qui nous fait souffrir !

Nombre de personnes utilisent la naturopathie:

  • A titre préventif,
  • Pour lutter contre les petits maux,
  • Afin d’établir un programme bien être
  • Eviter que ne survienne une maladie grave.

D’autres atteints de maladies graves voire très graves, n’hésitent pas à se tourner vers la naturopathie en complément d’un suivi médical adapté.

Un reportage en français sur la naturopathie

Pour en savoir plus, cette vidéo « La naturopathie, un art de vivre » apporte en 1h une bonne définition générale de la discipline:

En savoir plus sur Passeport santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.