Installer un jardin japonais chez soi: la spiritualité nippone au service du bien-être

Un jardin japonais zen à la maison, on en rêve (presque) tous, n’est-ce pas ?
Il est vrai que cet article s’adresse à une frange particulière de la population, celle qui possède un espace extérieur. L’idée du jardin zen, du jardin japonais, ou encore du jardin de thé, est de consacrer au moins une partie de ce dernier à la contemplation et à la méditation. Un espace vert chez soi, organisé pour se ressourcer et invitant à la quiétude et à la sérénité… Un rêve universel au vu du taux de stress et de dépressions de nos jours !

Il ne s’agit pas ici de transformer votre terrain entier du tout au tout (quoique, si vous le souhaitez…), mais bien de délimiter un endroit spécifique qui sera source de calme, bien être et zenitude. Même une terrasse ou un balcon peuvent être aménagés !

Alors, comment mettre en place un jardin japonais ou un jardin zen ? Comment l’aménager ? Quels matériaux ou plantes choisir ?

Retrouvez sur La Débrouille tous nos articles sur le bien-être, l’apprentissage et le développement personnel!

Qu’est-ce qu’un jardin japonais ? Les différents types de jardins zens nippons

Commençons par le commencement. Il existe plusieurs types de jardin japonais. A chacun le loisir de choisir le sien par rapport à ses aspirations, voire de mélanger les styles.

  • Le jardin japonais Tsukiyama-niwa : ce type de jardin généralement organisé autour d’un bassin ressemble au jardin de style chinois. Il présente une certaine surface aménagée afin que l’on puisse s’y promener. Rassemblant des reliefs, de l’eau, des végétaux et des minéraux, il a pour vocation de se présenter comme une version réduite du monde. La nature y est en effet représentée en miniature.
  • Le jardin japonais Karesansui : ce type de jardin japonais est l’archétype du jardin boudhiste zen dédié à la méditation. Ce type de jardin sec est apparu au Xvème siècle dans les temples zen, d’où leur nom. Le but étant ici d’éliminer tout superflu, il ne reste que le strict nécessaire : de la mousse, du sable, des graviers…
  • Le jardin japonais Cha-niwa : il s’agit d’un jardin de thé voué également à la déambulation contemplative.

Certains jardins se prêtent mieux à telle ou telle surface disponible. Si le jardin sec peut par exemple être installé dans de petites surfaces, le jardin de thé ou le jardin Tsukiyama-niwa peuvent prendre place sur des terrains dont les dimensions permettent la promenade.

Quoiqu’il en soit, et peu importe le style, un jardin japonais allie végétal, minéral, dimension aquatique et sobriété pour une complète communion avec la nature.

Pour approfondir à propos des jardins japonais : https://edo-gallia.com

Les trois éléments typiques du jardin japonais

Trois éléments caractérisent un jardin zen japonais : le minéral, le végétal et l’eau.

Des éléments minéraux

La plupart des jardins japonais dits « zen » offrent une certaine harmonie ainsi qu’un cadre verdoyant, mais également des paysages secs et minéraux. Nous retrouvons dans ces espaces de méditation plus ou moins vastes de l’ardoise, du sable blanc, des rochers, des petits graviers, des galets, des pierres naturelles. Des sculptures, bassins en grès et lanternes japonaises peuvent apporter une touche zen et nippone à la décoration de votre espace extérieur.

Également, un dallage permet de créer de petits chemins propice à la déambulation façon jardin de thé… Du plus bel effet !Cet organisation permet en outre de ne pas piétiner le jardin devenant un véritable sanctuaire, et surtout, de ne pas se salir.

Zen Garden Meditation Monk Stones
Méditation et minéraux EliasSch / Pixabay

La dimension végétale

La nature est reine dans un jardin japonais sensé représenter le monde en miniature ! Les plus grands jardins japonais seront délimités par des rochers (côté minéral), mais également par des arbres et des fleurs pour le côté végétal/

Le choix des arbres pour mon espace zen

Souvent, sont plébiscités autour des jardins japonais des arbres fruitiers ou autres arbres invitant à la contemplation (notamment pour certains en période de floraison). C’est pourquoi nous retrouvons souvent le pommier, le pin sylvestre et le cerisier en décor de fond. Certes, il faut ici avoir de la surface, du temps, ou de l’argent pour transplanter des arbres adultes.

Les arbustes, fleurs et autres plantes du jardin bouddhiste

Pour ce qui est du jardin lui-même, sont priorisés les plantes persistantes et à croissance lente, les arbuste terres de bruyère et le bambou. Ce dernier est le roi des jardins zen et sert à cadrer l’espace, mais attention… Il rejette à des dizaines de mètres à la ronde et votre jardin risque fort de devenir, en l’absence de surveillance, un champs de bambou ! L’on retrouve également des lys, des hortensias, des magnolias, des rhododendron, des graminées d’ornement…

Les couleurs du jardin japonais

En termes de couleurs, les fleurs et en général, les végétaux, font la part belle aux couleurs calmes : blanc, vert pale, rosé, bleu pastel… Le jardin zen rime avec couleurs sobres. A éviter : les couleurs criardes et le rouge écarlate. Il s’agit de se détendre et non

Ombres et formes

C’est un fait : dans un jardin japonais, on ne badine pas avec les ombres. Cet aspect doit être soigneusement étudié pour des questions d’esthétique et de croissance des plantes. Il se doit également avant tout d’être sobre et épuré. Il a horreur de la surcharge et est agencé de manière à bannir l’ordre et l’aspect rectiligne. Vive les courbes !

Gare au danger des plantes exotiques sur l’environnement local !

A noter : il est important de ne pas apporter dans un milieu une plante qui n’a rien à y faire. Certaines plantes asiatiques peuvent être magnifiques… Mais leur place est en Asie. Il se peut que dans un autre environnement, cette dernière soit dangereuse pour celui-ci. Dans nombre de milieux naturels est constatée aujourd’hui une prolifération d’espèces exotiques au détriment des espèces autochtone. Les conséquences pour la nature en sont désastreuses ! Nous pouvons citer le cas de la jussie qui menace nos marais et zones humides, ou celui des arbres à papillons, qui participe à leur disparition.

L’eau : étangs, bassins et fontaines dans le jardin

C’est bien connu, l’eau rafraîchi, apaise et sublime les paysages. L’eau est aussi synonyme de vie. Dans la culture japonaise empreinte de spiritualité, les petits bassins, miroirs d’eau et étangs ont toute leur place dans un jardin zen. Les fontaines également… Rien de tel que le bruit de l’eau qui coule pendant que l’on prend le thé !

4 conseils pour réussir son jardin zen

Voici 4 conseils, voire 6 commandement pour un jardin zen façon nippone réussi :

1) Oubliez la symétrie des choses, les angles droits, les lignes droites. Un jardin japonais est dissymétrique par nature, contrairement aux jardins dits « à la française ». Il aime par ailleurs les lignes courbes.

2) Un jardin japonais est sobre, minimaliste, contrairement aux jardins dits « à l’anglaise », un peu sauvages et en fouillis. Évitez donc la déco lourde, la multiplication des éléments différents…

3) un jardin japonais zen laisse circuler l’énergie. Il respecte ainsi un espace entre chaque élément mis en valeur : ici un bassin, ici une statue, ici un arbuste… A noter que le nombre impair règne dans les jardins japonais. En effet, les nombres impairs sont considérés comme positifs dans la culture nipponne. On retrouvera donc un arbuste au même endroit, ou trois, ou 5…

4) Dans un jardin japonais, la nature règne. Tous les matériaux se doivent donc d’être naturels, y compris l’ameublement. On préférera donc le bois, le rotin et le bambou au plastique.

Japan Japanese Style Room Houses
Esprit zen -L’art de vivre à la japonaise shell_ghostcage / Pixabay

Plan d’action pour installer son premier jardin japonais zen

Première étape : nettoyer son jardin et planifier

Tout d’abord, afin d’éviter une incohérence entre le reste de l’extérieur et votre zone dite zen, le premier conseil serait d’épurer ! Jetez ou donnez tout ce qui est abîmé, inutilisé ou trop encombrant : la vieille chaise longue cassée depuis 4 ans, le barbecue brinqueballant troué par la rouille, ou encore les tôles antédiluviennes adossées au mur que l’on garde « au cas où ». Cela prend du temps et exige quelques séparations déchirantes, mais le résultat est indéniable ! Vous y verrez plus clair.
Puis, avant d’attaquer le dur, réalisez au préalable le plan de votre jardin en y indiquant l’emplacement de chaque plante ainsi que les éléments de décoration. Parmi ceux-ci, nous retrouvons, comme vu ci-dessus : un ou des bassins, un dallage, une fontaine…Observez par ailleurs la course du soleil et l’exposition de votre jardin afin de gérer les zones d’ombre.

Deuxième étape : la construction du jardin zen ou jardin japonais

Une fois que tout est net, il faut attaquer la création du jardin zen lui-même. Minimaliste, il doit être réalisé à l’aide de matériaux simples, bruts et minéraux. Ainsi, encerclez la parcelle avec du bois par exemple. Imaginez une forme personnelle qui vous renverra un maximum d’ondes positives. Carré, rectangle ou losange, laissez cours à votre imagination ! Ensuite, remplissez généreusement l’espace de graviers clairs ou même de sable assez fin. Positionnez à l’intérieur quelques grosses pierres plates ou de beaux pavés afin de pouvoir traverser la zone sans l’abîmer. Posez éventuellement sur ces « pas » des objets harmonieux tels des pots de fleurs (peu consommatrices d’eau), un Bouddha rassurant ou encore une roche esthétique apportant de la verticalité. Vous pouvez également penser à la dimension « eau en creusant un petit bassin entouré de pierre, ou installer une petite fontaine en circuit fermé que l’on trouve facilement dans le commerce.

Le choix des tons et des couleurs

Les couleurs du jardin japonais ont toute leur importance! Restez dans le clair ou le dégradé de teintes végétales (vert pâle, gris…). Rappelez-vous que le but est d’appeler à la réflexion méditative. À l’instar d’une carte postale, la vue de votre jardin zen doit vous procurer une sérénité intérieure et vous apporter une osmose avec la nature voire l’univers !

Cerisier du japon en fleurs
Cerisier du japon fleuri stux / Pixabay

Entre minimalisme et douceur

Également nommé jardin sec (« karesansui »), votre nouvel espace paisible doit être le contraire de la profusion. Ainsi, n’ajoutez pas de plantes ou d’objets superflus. En revanche, si vous souhaitez intégrer un peu de luminosité, installez quelques lampes à énergie solaire aux endroits propices. Rien de trop puissant, la lumière doit être douce.

Passage à l’action, même en appartement

Pour agencer un jardin zen, nul besoin d’achats exorbitants ou d’un volume d’heures de travail énorme. Bien au contraire. Un peu d’organisation, d’entretien régulier et quelques outils feront l’affaire ! Par ailleurs, si rien qu’à la lecture de cet article vous êtes apaisé et que malheureusement vous habitez en appartement, pas de problème : il est possible de créer un jardin zen miniature. Une caisse en bois, un Bonzaï, des cailloux… À partir du moment où il est créé à votre image et qu’il est plein de symboles spirituels simples, cela reste un jardin zen. Ceci-dit, si vous voulez voir l’un des plus célèbres au monde, jetez un œil sur celui situé dans le temple Ryōan-ji de Kyoto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.