Canards et cygne au bord de l'eau Mallard Bird - Capri23auto / Pixabay

Pourquoi ne faut-il pas donner du pain aux canards ni aux autres oiseaux ?

Nous l’avons presque toutes et tous fait durant notre enfance ou en compagnie de notre progéniture. A l’occasion d’un petit tour dans un jardin public, autour d’un lac, d’une rivière ou d’un étang, l’on emporte toujours un peu de pain rassis pour donner à manger aux canards, aux cygnes et autres oiseaux. Les enfants adorent voir la faune s’approcher pour se nourrir. Le moment est mignon… En plus, le geste part d’une bonne intention : donner à manger à un animal, c’est forcément lui vouloir du bien !

Le promeneur du dimanche est plein de bonne volonté, sauf qu’il s’agit d’une fausse bonne idée, voire carrément d’une très mauvaise idée. Entre autres, donner du pain aux canards revient ni plus ni moins à intenter à leur vie… Rien que cela !

En effet, ce n’est pas pour rien que de nombreux étangs comportent sur leurs berges des panneaux affichant des consignes de bonne conduite. Parmi celles-ci, nous retrouvons bien souvent la mention « ne pas donner de pain aux canards ». Ce n’est pas non plus par exagération et excès de zèle que les associations protectrice des animaux, notamment la LPO (ligue protectrice des oiseaux) multiplient les appels à arrêter ces habitudes. En effet, donner du pain aux oiseaux, y compris les canards, est mauvais pour leur santé. Cette pratique présente par ailleurs d’autres risques pour l’environnement.

Canards et cygne au bord de l'eau Mallard Bird - Capri23auto / Pixabay
Canard avec un morceau de pain dans le bec – Capri23auto/ Pixabay

Les dangers du pain pour les canards et les autres oiseaux

Donner du pain aux oiseaux créé pour ces derniers des dangers multiples. Dépendance, maladies, carences, pollution de leur milieu… Retrouvons ci-après les risques encourus par les oiseaux se nourrissant avec du pain..

Le risque de dépendance

Un oiseau constitue par essence un animal sauvage. Or, un animal sauvage doit, pour sa propre survie, savoir se nourrir par lui-même. Dès lors qu’un être humain apporte régulièrement la pitance du jour, le canard, le cygne ou tout autre oiseau stoppe ses activités de chasse et/ou de cueillette pour réclamer de la nourriture au premier passant venu. Il est aussi fréquent de voir des cannes et des canards, accompagnés de leurs canetons, aller à la rencontre des promeneurs ou envahir les jardins des maisons jouxtant les rivières pour réclamer à manger. Dans ce cas de figure, le poussin lui-même n’apprend plus à se nourrir dans la nature. En effet, cela leur semble bien inutile. Grâce aux humains et au pain,la nourriture leur « tombe dans le bec » et ils n’ont ainsi plus besoin de dépenser de l’énergie pour chercher à manger. Les résultats sont, nous l’imaginons, dramatiques à termes.

Oiseaux aquatiques - icsilviu / Pixabay
Rassemblement d’oiseaux en zone humide et nourrissage – icsilviu / Pixabay

Des risques de carences

Un oiseau est fait pour manger des produits bruts présents dans la nature, et non des produits transformés par l’Homme. Il en va ainsi du pain bourré de gluten, qui s’apparente à un poison pour les oiseaux.
Par ailleurs, le pain est un aliment consistant qui emplit facilement l’estomac. Les canards et les cygnes en raffolent : ils adorent le goût du pain et cette denrée tient illico au corps. Cet « aliment » bourratif empêche ainsi pour longtemps le retour de la sensation de faim. Or, le pain ne contient pas les nutriments dont un oiseau a besoin ( calcium, vitamines, minéraux…), ce qui crée rapidement d’énormes carences et des maladies.

Quand il s’agit de canetons ou autres oisillons, les effets des carences sont encore plus dramatiques : pour grandir, les poussins ont besoin d’une alimentation riche, ce qui est tout le contraire avec le pain. Ces carences alimentaires peuvent notamment être la cause de malformations des ailes les empêchant de voler. On parle du syndrome de l’aile d’ange.

Un empoisonnement des oiseaux

Le pain blanc contient du sel. Cela peut nous paraître minime pour nous humains (on parle de 2 à 3 gr de sel par kg de pain), mais ce sel empoisonne les oiseaux. Une mort certaine et douloureuse les attend effectivement à cause de cet ingrédient. Nous parlons de soucis cardiaques, de blocage des reins et autres soucis physiologiques majeurs… D’autres soucis de santé peuvent apparaître chez les oiseaux à cause du gluten présent dans le pain, comme nous l’avons précédemment souligné. Enfin, la mie de pain, une fois ramollie, est susceptible de former dans leur estomac une pâte collante source d’occlusion, voire de fermentation… Ce qui altère rapidement leur santé.

Des risques de pollution

Lancer du pain dans l’eau n’est pas anodin. Non seulement il empoisonne les cygne et les canards (et autres oiseaux aquatiques), mais il pollue de surcroît. Laissés à l’abandon, les tartines ont tendance certes à se décomposer, mais elles deviennent un terrain fertile pour les bactéries. C’est notamment par se vecteur qu’apparaissent les maladies telles que le botulisme, par exemple.

Cygne accro au pain
Un cygne tuberculé blanc mangeant des tartines de pain -DavidCardinez / Pixabay

Comment peut-on nourrir les oiseaux ?

Même s’il est préférable de ne pas les nourrir afin de préserver leur indépendance, il n’est pas dangereux de donner aux canards, cygnes et autres oiseaux les aliments suivants (notamment en automne et hiver quand la verdure commence à manquer):

  • Grains divers (blé, maïs, orge, avoine…) ;
  • Salades et autres verdures ou restes de légumes frais de saison découpés en petites portions ;
  • Pommes de terre cuites coupées en morceaux ;
  • Épluchures végétales ;
  • Spécifiquement en hiver, boules de suif mêlées à des graines.

Pour toute info complémentaire sur la vie des oiseaux sauvages et la protection de ces espèces, rendez-vous sur le site de la LPO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.