masque coronavirus covid19 - Mohamed Hassan - Pixabay

Covid-19 – Comment fabriquer des masques maison ? l’AFNOR sort un référentiel !

Sus aux masques maison!

Depuis l’arrivée de la maladie à coronavirus Covid-19 dans l’Europe, un vent de panique a saisi tout un chacun. Ce fut la ruée vers les masques de type FFP2 et FFP3 (ou N95 – norme chinoise).

En France, les stocks nationaux stratégiques de masques chirurgicaux et FFP2 étant quasi nuls à l’aube de ce contexte, il fut interdit pour les pharmacies d’en vendre aux particuliers dès le 13 mars 2020. La raison ? Il fallait à tout prix les réserver pour le personnel soignant. Or, la pénurie était déjà là. Résultat : les masques anti-covid sont depuis rationnés pour les soignants (voire absents). Concernant les salariés et à fortiori les particuliers, la situation est bien pire… Les masques manquent à l’appel.

Les masques FFP2 sont-ils utiles ?

Il est vrai que nous avons pu entendre trente-six sons de cloches contradictoires. Le fait est qu’il est probable que le virus se propage par les postillons. D’où l’utilité des masques nous permettant de protéger les autres et de nous protéger nous-mêmes. A noter que si les masques chirurgicaux permettent uniquement de protéger l’entourage de nos propres « rejets », les masques FFP2 fonctionnent dans les deux sens. Cette solution permet par ailleurs de nous empêcher de nous toucher le nez, la bouche et le visage de manière intempestive et de nous contaminer. Elle est à combiner avec un lavage de mains régulier au savon de Marseille quand on le peut ou du gel hydro alcoolique (en ce moment en pénurie).

Coronavirus Virus Sanitizer Wash
Masque, gestes barrières et désinfection des mainsmohamed_hassan / Pixabay

Si nous ne pouvons pas les acheter, est-il possible de fabriquer ses masques anti-covid-19 soi-même ?

En effet, la France peine à acquérir de nouveaux masques, provenant notamment de Chine. La chose était il y a encore quelques jours tabou, mais aujourd’hui, elle semble faire consensus : mieux vaut porter un masque de fortune plutôt que pas de masque du tout afin de se protéger du coronavirus.

Désormais, de nombreux bénévoles particuliers fabriquent des masques pour les soignants, les salariés exposés, les auxiliaires de vie sociale intervenant au domicile des personnes fragiles, les salariés des EPHAD… On voit ainsi fleurir des vidéos et autres tutos partout sur la toile afin de fabriquer ses propres masques en papier, en tissu…
Chacun se met volontiers au Do it Yourself (DiY) et ressort sa machine à coudre pour en réaliser pour ses proches et la famille. En effet, ce n’est pas le travail qui manque : comptez le port de 2 à 3 masques par jour pour celui qui œuvre face à du public ! Comme il faut des masques propres pour les jours suivants, il faut également prendre en compte les rotations ainsi que les cycles de lavage à chaud et de désinfection.

A défaut de norme FFP2, mieux vaut tout de même fabriquer et porter des masques maison efficaces

Tandis que la production se relocalise en France et que les bénévoles s’activent, il semble que l’on fait pour le moment fi des normes en vigueur, urgence oblige. C’est la guerre, comme l’affirmait le président de la République !

Sauf que l’urgence ne doit pas nous commander de faire n’importe quoi. Certains masque artisanaux sont peu efficaces, d’autres font peut-être pire que mieux. C’est pourquoi l’Afnor vient de sortir ce 27 mars un référentiel permettant de fabriquer des masques efficaces.

Le référentiel AFNOR pour fabriquer ses masques maison

AFNOR met à disposition gratuitement un référentiel pour faciliter et accélérer la fabrication en série ou artisanale d’un nouveau modèle de masque, dit « masque barrière ».

Ces masques barrières ont pour ambition d’apporter une protection supplémentaire à toute personne saine, en complément des gestes barrières et de la mesure de distanciation. Il s’agit du document AFNOR Spec – Masques barrières, à l’adresse des industriels (entreprises du textile et de la plasturgie). Le document s’adresse également aux particuliers souhaitant se lancer dans une production artisanale. Pour ce faire, le référentiel AFNOR comporte des schémas et des patrons imprimables prêts à l’emploi.

Il présente en outre :

  • Les exigences minimales pour la fabrication industrielle et artisanale
  • Les tests à réaliser pour s’assurer de la qualité du masque barrière
  • Des conseils pour l’utilisation et l’entretien
  • Les matériaux à privilégier, les dimensions, les types de brides

Ces masques barrières répondent certes à un niveau d’exigence moins ambitieux que les masques spécialisés (FFP2) réservés pour le moment aux soignants et aux populations exposées. Ils répondent toutefois à des critères validés par un collectif de près de 150 experts.

Un référentiel évolutif

Nous sommes dans l’urgence et le document présenté n’est qu’une première version.
En téléchargeant le document AFNOR Spec – Masques barrières, chacun est automatiquement averti par e-mail de la mise à disposition d’une nouvelle version du document. En effet, celui-ci évoluera au gré des suggestions d’amélioration validées par un collectif d’experts.

Comment donner mes masques barrière à ceux qui en ont besoin ?

Toute personne ayant réalisé un stock de masques barrières selon le modèle peut se référencer sur la plateforme masques-barrieres.afnor.org. Ainsi, il devient possible de se faire connaître des entreprises en ayant besoin pour leurs collaborateurs.

Vous trouverez le référentiel afnor en suivant ce lien : https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.