plants-jcesar2015 - Pixabay

Apprendre aux enfants le cycle de vie des plantes : naissance, nutrition et reproduction

Le mois d’avril arrive à grands pas. Il annonce avec le printemps le retour au jardin ! Il sera enfin l’heure de retrouver les hobbies printaniers tels que le jardinage et de commencer à s’occuper des semis. L’occasion est idéale pour se ressourcer en famille tout en abordant de façon pédagogique avec les enfants les rudiments des mécaniques naturelles.

Au travers le jardin, une multitude de sujets peuvent être abordés de manière ludique, dont, entre autres, les écosystèmes dans le jardin, le fonctionnement des plantes, le vivant et le non vivant, le cycle de vie des végétaux… Les thèmes sont pléthores ! En préparant les semis ou en replantant les jeunes pousses, l’idéal est de commencer par le commencement : comment naît une plante ? Comment se nourrissent les végétaux ? De où vient la graine ?

Le cycle de vie des plantes – De la graine à la plante et de la plante à la graine

Voici ici un petit memorandum sur le cycle de vie des plantes à graines, de la germination à la plante puis de la fleur au fruit avant de repasser à l’état de graines. L’occasion de parler du fonctionnement de la germination, de la nutrition des plantes ainsi que de la reproduction des végétaux. En conclusion, il sera aisé de démontrer que le respect de l’environnement s’impose comme la priorité numéro 1 si nous voulons à l’avenir continuer de jouir d’un sol fertile et de plantes non génétiquement modifiées !

La germination

Prenons donc ici le partie d’expliquer à nos chères têtes blondes le cycle de vie des végétaux en débutant par la phase de germination.

De quoi se compose une graine ?

Une graine est composée de trois parties principales : une enveloppe servant à la protéger (le tégument), un plantule (embryon) et une réserve de nutriments servant au petit germe à puiser sa nourriture afin de débuter sa croissance (le cotylédon). Ce sont ces substances nourricières qui font également le délice des espèces granivores ou omnivores… Elles régalent donc certains poissons, oiseaux ou mammifères… A l’instar des êtres humains ! Qui n’a jamais mangé de grains de maïs, de tournesol ou de blé ? Les pâtes et la farine sont notamment issus de ces derniers.

Un patrimoine génétique naturel… ou non !

Revenons à notre petit germe : il renferme un riche patrimoine génétique à l’instar d’un fœtus en devenir. Cet héritage est l’œuvre de Dame Nature, ou des jardiniers qui, par le biais de la sélection, veillent à conserver dans les meilleures conditions avant réutilisation les graines issues des plantes les plus productives, résistantes et adaptées à leur milieu.

Enfin, s’agissant typiquement des OGM, ce matériel génétique n’est autre que l’œuvre de scientifiques (jouant parfois aux apprentis sorciers, mais voici là un autre débat!).

La première pousse

Le petit plantule se développera petit à petit à l’intérieur de la graine, en donnant naissance à des prémisses de racines puis à un début de tige pointant vers la surface de la terre. A ce stade, les réserves contenues dans la graine sont épuisées. La jeune pousse devra, dans le but de poursuivre le développement de ses cellules, trouver des nutriments en suffisance ailleurs… C’est à dire dans le sol, dans un premier temps. Or, nous savons aujourd’hui que le sol s’appauvrit de jour en jour en raison de certaines activités humaines…

 

germination-MAKY_OREL – Pixabay

La nutrition des plantes

Au fur et à mesure de sa course vers la maturité, la plante absorbera dans son environnement et assimilera divers éléments nutritifs indispensables à sa vie et à sa survie.

Le rôle des racines et de la tige

Les racines, premiers éléments de l’appareil végétatif, ont pour rôle d’absorber l’eau et les sels minéraux contenus dans le sol afin de constituer la sève brute (appelée aussi sève minérale). Celle-ci remonte le long de la tige vers les feuilles grâce au mécanisme de respiration de la plante. Lorsqu’elle respire, elle capte du CO2 (dioxyde de carbone) et rejette de la vapeur d’eau par les pores de ses feuilles appelés les stomates (et oui, une plante transpire!).

La photosynthèse

Parallèlement à la remontée de la sève minérale, grâce à la chlorophylle contenue dans les feuilles, la lumière du soleil se trouve transformée en glucides et en acides aminés qui donnent la sève élaborée. Ce produit de la photosynthèse descend ensuite dans la tige par la partie nommée phloème.

A noter qu’il existe des plantes non chlorophylliennes. Bien qu’incapables d’utiliser la photosynthèse, elles éprouvent toutefois le besoin d’absorber du carbone. Elles choisiront donc de parasiter d’autres plantes afin de profiter de leurs ressources.

La reproduction des plantes

La reproduction des plantes peut être sexuée ou asexuée.

Les modes de reproduction asexuée des plantes

Certes, toutes les plantes ne sont pas issues de graines. Il suffit parfois pour certaines d’un fragment de tige pour donner une nouvelle plante, tandis que d’autres possèdent un bulbe qui se multiplie au cours de l’année Il en est de même des plantes dénuées de fleurs qui se reproduisent par les spores (ex, les mousses ou les algues).

La reproduction sexuée des plantes

Intéressons nous toutefois ici principalement aux plantes les plus courantes notamment dans le jardin. Elles sont dites Spermaphytes et sont issues d’une reproduction sexuée entre deux fleurs (de deux plantes différentes de la même espèce).

Cette action de reproduction consiste en un dépôt de pollens, chargés de cellules mâles, sur le pistil (contenant les ovules). Les plantes ne pouvant pas se déplacer, ce travail est réalisé par le vent, mais aussi et surtout par les insectes pollinisateurs. L’ovule fécondé donnera une graine et le pistil, éventuellement le fruit qui l’entoure (pour les plantes donnant des fruits).

La dissémination des graines et la phase de dormance

Les graines ou les fruits contenant les graines seront ensuite naturellement disséminés dans la nature, par l’action du vent, du ruissellement de l’eau, les excréments d’animaux…
Une fois en terre, les graines sont susceptibles de connaître une phase dite de « dormance » plus ou moins longue (pouvant pour certaines plantes se compter en dizaine d’années!). Ce sera notamment lorsque les conditions extérieures ne permettront pas une germination (terre sèche, graine située trop en profondeur…). La graine sera donc au cours de cette phase dans l’attente de conditions plus favorables. C’est pourquoi il est de plus en plus contre-indiqué de retourner la terre avant de planter. Le risque est évidement de faire remonter et de réactiver des graines qui donneront des plantes indésirables.

Les jardiniers produisant leur semence ont également tout intérêt, afin de pouvoir longtemps conserver les graines, de reproduire les conditions idéales permettant cette dormance (fraîcheur, obscurité, milieu sec…). Ils ne manquent pas également de reproduire les conditions facilitant la réactivation, comme une exposition à de faibles températures ou à l’humidité. Tout dépend ici du végétal devant être planté.

Pour conclure

Ainsi, les plantes naissent, se nourrissent, boivent, respirent, transpirent, profitent du soleil, vieillissent et meurent après s’être reproduites… Un être vivant à part entière indispensable à notre survie, nécessitant notamment d’une terre riche, d’un arrosage naturel régulier, d’insectes pollinisateurs…

Malheureusement, tous ces ingrédients viennent à manquer en raison de causes diverses : usage d’insecticides, de pesticides, pollution des eaux et des terres, perturbations climatiques, tassement des sols, insuffisance des nappes phréatiques… seul le dioxyde de carbone ne manque pas. Et dire que ce sont les végétaux qui pourraient nous sauver !

 

Ressources sur le cycle de vie des plantes

Retrouvez sur le réseaux Canopée plein d’infos et de ressources éducatives sur le cycle de vie des plantes et bien plus encore. Un réseau très utile pour les parents et les enseignants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.